Adieu San Pedro, Adieu à la Famille Mendez, première étape.

Vendredi 5 janvier après un discours d’adieu, nous allons quitter l’école San Pedro.

Samedi 6 janvier journée calme, avec la soirée qui se termine au restaurant ou nous avons invité professeurs et la famille d’hébergement. Le service du restaurant fût exécrable.

Dimanche 7 janvier : 8h00 du matin nous quittons La famille Mendez, Lety et Luis se sont levés tôt pour nous préparer un petit déjeuner. Merci à la famille Mendez, chez qui nous avons passé un long séjour de plus de deux mois.

Premier tour de roue pour rejoindre un bâteau qui traverse le lac Atitlan pour nous amener à Santiago Atitlan, où nous allons commencer à rouler.

La prévision du jour est de rouler jusqu’à 13h maximum. Les 15 premiers km sont assez difficiles avec quelques courtes pentes à 17% et ensuite une longue descente de 30km vers le pacifique. Pas de point particulier, si ce n’est que la température au GPS annonce 37°C; et que le volcan fuego crache la fumée. Aujourd’hui nous nous arrêtons à Patulul, ville bruyante et qui n’a pas d’intérêt touristique. Demain nous prendrons le bus sur 60km pour prendre une autoroute, ceci sur les conseils insitants de la police.

Rencontre avec les pompiers de Patulul, qui nous propose de camper dans leur caserne. Vu la température nous déclinons gentiment.

Domingo 7 de enero de 2018. 

Dejamos San Pedro y la famila Mendez. Agradecemos la familia por su bienvenida y disponibilidad durante 2 meses. También Gracias Lety por el ultimo desayuno. Hoy es el primer día en bicicleta. Vamos de San Pedro a Patulul. 37°C es la temperatura en la carretera. Hoy encontramos una porción de carretera con porcentaje de 17% y una bajada de 30km. A la tarde somos a Patulul y mañana tomaremos una camioneta durante 60km porqué hay una autopista peligrosa y la policía nos aconsejamos de evitar la en bicicletas.

Statistique du 7 janvier

Navidad en Guatemala

Bonjour à tous nos lecteurs. 

Noël au Guatemala. 

Les grandes étapes :

Préparation du réveillon – la messe de noël- le réveillon – les animations dans la ville la nuit et le lendemain.

Ici le 24 décembre nous mangerons à 18h30 avant d’aller à la messe vers 20H, et au retour, vers 23h, nous mangerons cette fois-ci pour le repas de noël.

Le repas traditionnel est quasiment le même pour toute la population : punch chaud sans alcool mais avec beaucoup de fruits,poulet cuit au vin, tamalès y un dessert.

La préparation du punch prend plusieurs heures, il faut d’abord éplucher les fruits et ensuite les faires cuire. A la fin il reste les fruits et le jus de cuisson qui feront le punch.

La fabrication des tamalès prend également plusieurs heures, ensuite l’ensemble est cuit à l’étouffer sur un feu de bois. Le dessert est assez classique.

Au Guatemala, à noël la messe prend une part importante dans la fête. Ici à San Pedro elle se déroule à l’extérieur de l’église tant il y a de monde. Les prêtres s’installent sur le parvis de l’église et elle se déroule devant la foule massée dans le parc. La célébration dure environ 2h et se termine par un baiser à l’enfant jésus.

Après la messe les gens rentrent chez eux pour le réveillon. A minuit après une prière devant le sapin, c’est l’heure d’ouvrir les cadeaux et sortir dans la rue pour tirer les feux d’artifices. Il y a des dizaines de feux d’artifice un peu partout dans la ville.

Le 25 décembre reste un jour relativement simple avec en général un repas similaire à celui de réveillon. Pour l’occasion j’ai préparé un dessert français, ” iles flottantes” sans thermomix. L’après-midi il y a une grande animation sur la place du village, un ballet de danse avec des personnes masquées.

Vidéo : Momento de la Navidad au Guatemala

Visite d’une radio locale évangélique.

San Pédro, le long séjour favorise les rencontres. Aujourd’hui nous rencontrons Hernan qui anime une radio locale.

A San Pédro il y a 3 radios locales dont deux qui sont à caractère religieux. Aujourd’hui visite de la petite station de radio de l’église évangélique. La radio émet de 4h du matin à 23h. Hernan anime cette radio avec soixante volontaires. Les programmes bien entendu sont essentiellement en relation avec la religion du mouvement Bautistas. (voir article ci-dessous)

Le matériel est simple mais permet de faire une bonne diffusion. Il y a deux ordinateurs et tout est quasi informatisé.

Ici nous sommes dans une évangélique Bautistas. C’est un mouvement évangélique de l’église chrétienne qui compte environ 72 millions de membres à travers le monde, cependant il existe plusieurs mouvements et les chiffres restent à confirmer. Le mouvement est issu des Etats Unis. Les pratiquants évangélique utilisent une bible différente de celle des chrétiens, elle fait préférence à dieu et Marie n’y est pas évoquée. La bible est la référence, et chaque évangéliste en possède une qu’il utilise à chaque culte. Les évangélistes ne possèdent pas vraiment d’église, un local leur suffit. Ils utilisent énormément les chants modernes qu’ils renouvellent régulièrement. Un détail, c’est agréable à écouter car la sonorisation est de bonne qualité.

Chez les évangélistes ce n’est pas un prêtre mais un pasteur qui lorsqu’il s’expriment devant ses fidèles improvise beaucoup. La prédication est le moment le plus important du culte, elle peut durer jusqu’à 1heures. Les fidèles peuvent mêmes prendre des notes qu’ils écrivent sur leur bible.

Chez les évangélistes il n’y a pas de bougies, la quête est remplacée par les offrandes et les intentions de prières sont orales.

Les cultes se terminent avec un amêêêên prolongé, une façon de se distinguer des chrétiens catholiques.