Incroyable mais prêt pour Ko-Lanta

Du samedi 30 au dimanche 31 mars

Direction Puyo, cette fois nous sommes dans la partie Amazonie de l’Équateur. Tout est vert, nous sommes dans un décor qui comprend trois éléments : la forêt dense tropicale, la montagne et l’eau qui coule en abondance. Sur 50 km nous croisons 70 cascades plus ou moins importantes. La plus grosse ‘El Paillón del diablo’, elle a un débit impressionnant, une hauteur de 80m environ et est située sur la rivière Pastaza. L’accès est assez sportif et cela ressemble plus à de l’escalade, mais l’effort est récompensé à l’arrivée. 

Notre itinéraire du jour comporte 7 tunnels interdits au vélo. Nous empruntons le premier mais comme il n’y a pas de lumière à l’intérieur, l’opération est un peu dangereuse. Pour les suivants il existe un passage au bord du vide qui permet de les éviter. Comme cela ne nous parait pas simple, nous sollicitons une voiture qui reste derrière nous avec ses feux de détresses pour assurer notre sécurité.

En plus des cascades en fin de journée nous roulons sous la pluie. Nous terminons notre journée à Mera dans l’unique hôtel où nous sommes les seuls clients. Le patron en profite pour discuter avec nous, il adore la France. Un village où peu de touristes arrêtent. Ici pour déveloper le tourisme , un téléphérique est en construction depuis plus de 10 ans. Le précédent maire qui était contre ce téléphérique avait suspendu les travaux. Le nouveau récemment élu a promis de reprendre les travaux.

Rencontre du jour : Ramiro le patron de l’hôtel. Nous avons refait le monde pendant de long moment autour d’un café.

Dimanche petite journée qui nous amène à la ville de Puyo où nous nous installons à l’hôtel San Luis.

Visite de la ville qui présente la particularité d’être le départ d’expéditions profondes en forêt.

Ce soir nous mangeons local et testons les “Chontacuros”. Un couple d’Equatoriens nous offre de gouter ce plat typique, que les indigènes adorent et auquel ils trouvent des vertus médicales. C’est un peu spécial nous vous l’accordons mais nous vous laissons regarder la petite vidéo. N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur la page si vous voulez tester, nous vous en ramènerons.

Samedi nous avons parcourus 47 km et dimanche 16.

SE SURPASSER

En route vers les portes de l’Amazonie

Du mercredi 27 au vendredi 29 mars 2019

Riobamba, nous prenons la direction Baños Agua santa, une ville aux portes de l’Amazonie.  Le décor est toujours aussi grandiose avec ces montagnes. Aujourd’hui la route s’élève toujours et nous affrontons un vent de face. En altitude avec du dénivelé et du vent il est difficile de progresser. Nous traversons une zone quasi désertique et des flancs de montagnes de part et d’autre de la route. Il y a pas mal de cailloux sur la route, le résultat d’éboulements. Néanmoins nous finissons par arriver dans un petit village Cotaló. Il est spécialisé dans la production des œufs, il n’y a pas moins de 2 millions de poules pondeuses pour 43 élevages dans le village. Impressionnant, il y a des camions d’œufs partout. 

La patronne de l’unique restaurant nous conseille une petite route de campagne pour atteindre notre destination Baños. Ce sera un très bon conseil, nous allons emprunter une route sans voiture et dans un cadre unique. Nous y terminons notre journée tard en soirée dans un petit hôtel.

Jeudi et vendredi, deux jours de repos pour profiter des activités de la ville. Visite de la maison de l’arbre, un lieu créé par un volcanologue pour surveiller le Tungurahua. Un volcan actif dont la dernière éruption date de 2015. Aujourd’hui le lieu est devenu un site touristique où l’on peut pratiquer la balançoire au-dessus du vide. Elle est aujourd’hui célèbre et procure quelques sensations lors des balancements. 

Nous profiterons également des bains chauds de la ville. L’eau est chauffée grâce aux sources chaudes des volcans et plusieurs sites sont alimentés. L’eau se présente sous une couleur marron et ne donne pas trop envie de s’y plonger. Nous finissons quand même par tester et bien que pas très propre, l’eau est très chaude. Le cadre en plein air est grandiose. Baños est un lieu touristique énormément fréquenté par les Equatoriens en fin de semaine. On y trouve toutes les activités en relation avec la montagne et en particulier celles qui utilisent les sensations de vide, tyrolienne ou vol du condor qui consiste à se lancer dans le vide soutenu par un câble. 

Il y a également l’eau dont je vous parlerai dans le prochain post. 

Rencontre du jour : Elvis originaire de Cuba, un pasteur évangélique qui nous a parlé des gilets jaunes et qui voulait connaitre leurs revendications. 

Mercredi nous avons parcouru 70km.