Du Pacifique à l’Atlantique

Lunes 19 de noviembre 2018

Este mañana, Eugénia se ha levantado muy temprano para preparar el desayuno. Siempre es dificile de dejar las personas donde vivimos un pequeno tiempo juntos.

Hoy vamos al hôtel Carolina Princess al centro de la ciudad. Una semana sin bicicleta sera duro. Primera visita de la ciudad.

Lundi 19 novembre 2018

Ce matin Eugénia s’est levée aux aurores pour préparer le déjeuner que nous partagerons ensemble. Derniers préparatifs avant de nous quitter. Ces départs sont toujours un petit déchirement, car ces moments, certes assez courts, passés ensemble sont du pur bonheur.

Aujourd’hui nous nous installons à l’hôtel Carolina Princess au centre-ville, pour une semaine en attendant notre bateau pour la Colombie. Ça va être dur une semaine sans vélo.

Première visite à pied de la ville, nous sommes bien petits au milieu de ces grandes tours. Ce soir nous mangerons dans nos appartements.

Pas de vélo ce jour.

Mardi 20 novembre 2018

Pas de vélo donc nuit plus longue, notre hôtel nous offre le petit déjeuner ce matin c’est le grand confort.
Aujourd’hui nous découvrons le réseau de bus de la ville, et il y en a tellement qu’il vaut mieux savoir où vous allez. Nous sommes en ville et ici ça court dans tous les sens. Nous prenons le bus pour aller visiter l’incontournable de Panama : son canal.

Quelques chiffres et informations sur le canal de Panama : le projet a été initié par le français Ferdinand Lesseps en 1881. Il a été terminé par les Américains et inauguré le 15 août 1914. Depuis 1 million de bateaux l’ont traversé. Il fait 82kms de long et comporte 6 écluses dont une construite depuis 2017 pour les très gros bateaux. Un lac artificiel, le plus grand du monde y a également été construit. Il passe environ 40 bateaux par jour et le coût d’un passage varie de 300 000 à 1 000000$. Plus de 50 000 personnes ont participé à sa construction et les statistiques estiment à plus de 20 000 personnes qui seraient mortes de la fièvre jaune, maladies tropicales et accidents. L’espérance de vie pour les travailleurs du canal était de 39 années. Il a été géré par les Etats Unis jusqu’au 31 décembre 99 et ensuite rétrocédé au Panama qui est aujourd’hui le seul exploitant. Le passage d’un seul bateau nécessite le transvasement d’environ 8 millions de mètres cube d’eau et quasi tous les bateaux du monde peuvent l’emprunter 24h sur 24. Aujourd’hui nous avons pu assister au passage de plusieurs bateaux et visiter son musée.

Rencontre improbable du jour :  avec les conseillères d’une équipe « Thermomix dans ses locaux. Eh ! oui le phénoménal robot se vend également au Panama et dans quelques autres pays d’Amérique du sud. La directrice de l’agence et deux de ses conseillères nous ont offert une citronnade Thermomix, et nous avons pu échanger.

Une petite idée des passages sur le canal de Panama

 

6 réflexions sur « Du Pacifique à l’Atlantique »

  1. Bonjour AGNES et JEAN CLAUDE
    Même thermomix au ?? panamas
    Sur le vélo,il est trop lourd ????? bonne journée
    Nous ici c’est Black Friday partout.
    Bises

    1. Bonsoir à vous
      Nous n’avons pas acheté de Thermomix, ici il est trop cher et ne servirait pas à grand chose sur le vélo.Bon black friday, ici je n’ai pas vu si ça existe.
      Bisous à vous
      Jean Claude Agnès

  2. Je ne suis pas sûre que tu continues le voyage … les hôtesses Thermomix sont tellement belles !!!

    1. Bonjour Christine
      C’est le point fort de Thermomix recruter de belles hôtesses partout dans le monde. Néanmoins, malgré la beauté des hôtesses, je ne suis pas sur que la vie du Panama me retiendra.
      Merci pour tes messages, c’est bien agréable.
      Bisous

  3. Superbes photos du canal et de ses bateaux…

    Nous apprécions tes récits… Lieux et rencontres…

    Une autre façon de voyager…?

    1. Bonjour à vous tous

      Ce fût sans doute la partie la plus intéressante de la ville de Panama. Ville assez en mouvement et très américansisée. En tout cas nous ne regrettons pas le détour. Maintenant route vers la mer des Caraïbes, sans doute avec un petit passage en bus suite à un retard imprévu mais pas grave seulement le GPS qui nous fait des siennes.

      Bisous
      Jean Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
10 − 3 =