Une nuit au poste de police, immobilisation à Jaen.

Du mardi 30 avril au samedi 11 mai 19, une semaine difficile.

Mardi nous empruntons les routes de montagnes qui nous amènent à San Ignacio en fin d’après-midi où nous nous installons à l’hôtel pour deux jours. San Ignacio est une ville Péruvienne de 30 000 habitants avec beaucoup de commerces.  

Mercredi 1 Mai est un jour férié pas payé au Pérou, ici pas de manifestation, tous les magasins sont ouverts et tout le monde travaille. Nous en profitons pour laver nos vélos qui ont souffert ces derniers jours. 

Jeudi nous quittons San Ignacio sans regret, la ville est bruyante et sans intérêt particulier. Nous prenons la direction du village de Tambopara sur une route très tranquille.

Le paysage a complètement changé, des rizières à perte de vue avec une armée de travailleurs. Ici le riz se plante et se récolte toute l’année. Nous pourrions nous croire dans les rizières chinoises. Il y a également des champs d’ananas

Arrêt dans un village pour manger, et devinez quel est le menu : eh! bien du poulet. Sur la route nous longeons la falaise et il faut souvent s’écarter, de temps en temps il y a des cailloux qui tombent. 

Ce soir nous dormirons dans le commissariat de police de Tambopara. Le policier nous propose une cellule ou dans la cuisine. Nous choisirons cette dernière. Nuit tranquille et en sécurité.

Vendredi direction Jaen, une ville qui nous rapproche de l’Amazonie. Journée tranquille, la route est agréable et assez roulante. Nous arrivons à Jaen en fin de journée. Une ville de 100 000 habitants située au nord du Pérou dans le département de Cajamarca. La température moyenne est de 18.7 à 29.8°C toute l’année avec une activité touristique inexistante. Dans la région les cultures principales sont le riz et le café. Dans la ville circulent plus de 15000 motos-taxis et peu de voitures. 

Nous rencontrons Miguel qui tient un magasin de vélos. Il nous indique un endroit pour dormir sa maison étant occupée. Miguel est une personne très disponible et patiente. Il nous prête son atelier pour la maintenance de nos vélos. Nous nous installons dans un petit hôtel du centre-ville le San Remo. 

Rencontre du jour  du 3 mai: 

  • Miguel et sa famille dans son magasin de vélos. Une belle rencontre.
  • Anthony un français à vélo qui vit en Nouvelle Zélande et voyage avec Alexandra une colombienne.

Samedi, dimanche et lundi: Agnès n’ayant pas digéré un hamburger Péruvien est clouée au lit. Moi je passe le temps au magasin de vélos de Miguel à discuter et à l’entretien de nos vélos. 

Mardi, mercredi, à mon tour d’être malade. Nous décidons de consulter un docteur dans une petite clinique privée. Consultations et analyses diverses qui donnent des résultats négatifs. Le docteur rédige une ordonnance sur un papier ordinaire, ici en théorie il n’y en a pas besoin, les médicaments sont en libre service. Au Pérou l’automédication est bien en place. 

Jeudi, vendredi, la santé s’améliore doucement. Séance de cuisine, nous réalisons deux risottos pour nos hôtes: un végétarien et un au poulet. Ils sont ravis de ce plat européen. Avant notre départ, nous leur ferons du riz au lait. 

Samedi dernier jour à Jaen, nous préparons le riz au lait pour nos hôtes et repos. 

Nous avons parcouru: 43 km le mardi 30 avril, 73 le 2 mai et 43 le 3 mai.

Fait marquant: mon frein hydraulique Magura fuit, impossible de le réparer. Magura ayant été contacté, peut faire un échange à condition de lui rapporter ou envoyer la pièce. Cette marque n’est pas distribuée en Amérique du sud. Aux voyageurs à vélo qui me lisent, je conseille de voyager avec le matériel Shimano qui se trouve partout ici. Mon revendeur Bovélo en France ma répondu avec beaucoup de retard et me propose de m’envoyer la pièce pourtant sous garantie, à condition que je la paie et dans des délais incompréhensibles. Ce type de frein hydraulique Magura HS22 ou HS33 est obsolète. Mon avis éviter le matériel Magura.

Share Button

4 réflexions sur « Une nuit au poste de police, immobilisation à Jaen. »

  1. Hola,
    Ah la turista, il fallait bien que ça vous arrive sinon ça n’aurait pas été drôle !!! Dans ces contrées, même en étant très vigilant, c’est inévitable avec la chaleur et l’humidité …. Souvenir du Pérou !!
    Si tu as besoin de quelque chose pour ton vélo et si je peux t’aider, n’hésite pas. Je suis là jusqu’à la fin du mois.
    Bonne route …

    1. Bonsoir Annie.
      Le problème c’est que nous ne faisons plus attention comme au début du voyage et de plus je pense que le problème vient d’une nourriture qui n’était pas bonne dans un restaurant. Bon espérons que cela ne va pas se reproduire souvent.
      Pour la vélo je pense que nous allons improviser avec ce que nous trouvons sur place. Les envois j’ai déjà testé au Guatemala et se fût une catastrophe. Mais je te remercie et au cas ou j’y penserai.
      Vacances à la fin du mois. ?

      Au prochain post
      Bisous Jean-Claude Agnès.

  2. Hello les frenchies,
    cette lecture m’a permis de voyager quelques minutes avec vous…. le temps d’un deplacement professionnel parisien.
    Bon voyage a vous deux.
    JYves

    1. Bonsoir Jean-Yves
      Ca fait plaisir un post de ta part. Espérons que tu vas encore pouvoir voyager lors de nos prochaines étapes.Actuellement nous entamons la descente du Pérou, le nord n’est pas très touristique mais espérons que nous allons y faire de belles rencontres. Bien que les péruviens semblent peu enclin à communiquer.
      Je vois régulièrement sur strava que ton activité physique est en plein boum, belle motivation. Je suppose pour faire des performances en triathlon.
      Bonjour et bises à toutes la famille.
      A bientôt pour un prochain post.
      Jean-Claude Agnès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *