De El Encano à Pasto tranquillement

Samedi 16, Dimanche 17, et lundi 18 février 2019

Samedi nous quittons la cocha direction San Juan de Pasto. Aujourd’hui nous empruntons une route très agréable, avec une difficulté au départ et ensuite tout se passe en descente. Au sommet, nous rencontrons la police avec qui nous partageons sur notre périple. Avant d’arriver à notre point de chute, nous rencontrons Javier qui est avocat dans la vie, c’est un homme très gentil qui va nous éviter de passer dans un quartier réputé dangereux. Nous rencontrons notre hôte warmshowers Dorys qui habite un peu à l’écart de San Juan de Pasto.

Nous avons parcouru 30 km.

Dimanche repos et journée récupération à la maison de Dorys, avec Sheila une voyageuse Argentine. Soirée Spaghetti bolognaise, cela devient notre spécialité avec le Risotto. 

Lundi visite de San Juan de Pasto. Nous partons visiter la ville mais hélas le lundi beaucoup de sites sont fermés. San Juan de Pasto, une ville de 450 000 habitants, au style colonial qui lui donne un certain charme. La ville est située au pied de deux volcans. Nous visitions l’église principale de Pasto, magnifique édifice. Visite d’un marché d’artisanat, mais le peu d’exposants présents le rend peu intéressant.

Retour à la maison de Dorys pour préparer une soirée crêpes avec toute la famille. Nous terminons la soirée par une grande discussion sur la politique de Colombie et du Venezuela en comparaison de ce qui se passe en Europe, débat très intéressant

Rencontres significatives :

  • Dorys notre hôte warmshowers, et Paula sa fille
  • Sheila une voyageuse Argentine.
  • Javier qui s’improvise guide pour nous aider.
  •  Kanji Edwin un routard qui revient de Ushuaia. 

Franchir la cordillère centrale “la Linea”

Mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019

Aujourd’hui nous quittons notre hôte Gonzalo. Comme toujours il est difficile de décrire un départ après avoir partagé pendant trois jours. Nous prenons la direction d’Ibagué, avec une particularité, il faut franchir la « Linea », c’est-à-dire la cordillère centrale. Un col de 23km, qui présente la particularité de tenir une pente constante entre 8 et 10% avec pour ses quatre derniers km quelques passages proches de 18%. La chaleur rend la journée assez éprouvante. (belle petite courbe dans la page statistiques). L’ascension va nous prendre environ 5 heures, mais le spectacle est inoubliable, quelle beauté ces montagnes. Au passage nous pouvons admirer le chantier titanesque commencé il y a 14 ans et qui pourrait se terminer en 2022. La construction de tunnels et viaducs qui permettront le passage d’une route au travers de la montagne.  A l’issue de l’ascension, la récompense une descente d’environ 40km qui nous amène à la ville de Cajamarca, où nous passerons la nuit

Nous avons parcouru 57 km avec plus de 1600m de dénivelé positif.

Jeudi, la destination du jour Ibagué, où nous attendent Carol et William nos hôtes warmshowers. Jusqu’à Ibagué le parcours du jour en descente est facile et agréable entre ces montagnes. Nous rejoignons tôt dans la journée Ibagué, une ville construite en hauteur qui paraît agréable. Sur la place centrale, interview de Camila du service communication de la mairie d’Ibagué. Elle nous propose de découvrir la ville d’Ibagué et en particulier la dernière piste cyclable installée. Rendez-vous est pris pour le lendemain.

En fin d’après-midi Carol nous accueille dans son appartement de luxe. Avec son mari ils habitent un appartement dans un complexe avec piscine et jacuzzi. Tous les deux sont passionnés de vélo. 

Aujourd’hui nous avons parcouru km 37

  • Carol et William nos hôtes warmshowers.
  • Camila du service communication de la mairie d’Ibagué
  • Frank un français avec qui nous avons déjeuner

Vendredi comme prévu nous partons découvrir la piste cyclable de l’aéroport, en compagnie de Nelson, et un groupe de cyclistes dont Freddy Gonzalès, ancien professionnel et deux fois vainqueur du prix de la montagne au Giro d’Italie. Avec Nelson nous allons parcourir 36 km dont plus de 15 de pistes cyclables. Au retour dégustation de Salpicon, une salade de fruits bien fraiche, qui s’achète dans la rue.

Après-midi repos à l’appartement, nous profitons du Jacuzzi avec Marie-José la fille de nos hôtes.

Rencontres du jour : le groupe de cycliste dont Freddy Gonzalès.

La nuit du cauchemar

(la partie écrite en français se situe sous la partie espagnol)

Jueves 6 de diciembre 

Pasamos la noche, en San Juan y después fuimos con las bicicletas hasta el pueblo de El Carmen de Bolivar. Un nombre muy bonito, sin embargo cuando llegamos en la ciudad no es el mismo. Hay mucho polvo y las carreteras son en tierra.

La iglesia es bonita y limpia, el interior es maravilloso. También el mercado es igualmente bonito, hay muchos pescados sin protección de la calor

Encontramos Omar, lo cual ofreció un lugar para dormir. A la noche, tuvimos un gran problema; personas robaron nuestros teléfonos, la computadora y el GPS. Pasamos mucho tiempo con la policía sin embargo, ella no encuentro nada.

 Jueves hicimos 43 kms con una calor cerca de 40°C.

Jeudi 6 décembre 2018🇨🇴🇨🇴

San Juan, après une nuit dans un hôtel luxueux nous roulons vers El Carmen de Bolivar. Un nom enchanteur, mais lorsque l’on arrive dans la ville, le décor est un peu différent. Les rues sont en terre et la poussière est omniprésente. Ville de 26000 habitants avec une activité déroutante, des motos par centaines dans les rues, et ça fait du monde. En général il y a 3 à 4 personnes sur chaque machine. 

 Le marché est bien approvisionné surtout en poissons. Le souci c’est que la température est aux environs 40°C et que la marchandise n’est pas dans la glace. L’église situé sur la grande place du village est magnifique avec un intérieur parfaitement entrevu et d’une propreté incroyable. 

Aujourd’hui pour notre hébergement, nous avons rendez-vous avec Omar notre hôte Warmshowers. Il travaille pour les Nations Unies. Son rôle, établir les titres de propriété des fermiers. Une grande partie des exploitants se sont appropriés les terres sans en être les propriétaires. 

Ici la nuit semble tranquille, trop sans doute, car après une nuit de sommeil, au réveil vers 4 heures du matin nous nous apercevons que les téléphones, l’ordinateur et le GPS ont disparu. C’est d’abord l’abattement mais il faut se rendre à l’évidence, les voleurs sont entrés par la fenêtre pendant notre sommeil.  

C’est un défilé de tous ses différents services de la police , mais au final rien de bien concret. Il nous faut également s’y rendre pour faire la déclaration officielle. Maintenant je peux l’affirmer, la police française est rapide. Ils nous faudra passer plusieurs heures avec quatre policiers et au final ressortir avec une déclaration de quelques lignes. La radio et la télévision nous ont également questionnés, avec une interview en direct à la radio, au village ce fût l’information du jour. Je dois dire merci à beaucoup de personnes locales qui nous ont aidé et transporté en voiture pour nos déplacements. 

Après cet incident nous sommes dans l’obligation de racheter un téléphone, le reste attendra Medellin, il va surtout falloir faire sans GPS pendant quelques temps, et ça va pas être facile.

Rencontres significatives : 

  • Jaïro qui a fait 150 kms en voiture pour nous amener à un magasin de téléphonies.
  • Omar notre hôte warmshowers.

Ce jeudi nous avons parcouru 43kms. Température moyenne 40°C.

Vendredi, Samedi repos à  El Carmen de Bolivar et réorganisation suite au vol. La partie statistiques est provisoirement suspendue,plus de GPS.