De Tatacoa à Pitalito

Du Mercredi 30janvier au dimanche 3 février

Mercredi 30 nous quittons le désert de Tatacoa sous un ciel gris pour nous rendre à Pitalito, environ 5 jours de vélo. Le camping où nous avons séjourné ne nous laissera pas un grand souvenir. Les propriétaires devraient faire un autre métier tant ils sont aimables. Direction Neiva, une ville d’environ 500 000 habitants, cela finit par être courant des villes de cette taille. Cependant la ville est agréable et bien animée. Entre-autre nous pouvons admirer sa magnifique cathédrale. Ce soir nous dormons dans un hôtel du centre-ville avec un espoir de trouver un restaurant Italien. Mais grosse déception, à moins de faire 1 heure de taxi, il n’y a rien. 

Ce jeudi matin, nous repartons en direction du sud. Nous sommes dans des étapes de transition et il ne se passe pas grand-chose. Afin d’avancer, nous choisissons de dormir dans un lieu en pleine campagne près de Hobo.

Vendredi, la météo n’est pas clémente, il pleut à torrent et il faut retarder le départ. Comme ici le seigneur prend une part importante nous l’implorons pour que la pluie cesse. Sans doute, nous a-t-il entendu, elle finie par s’arrêter. Nous reprenons notre route vers Pitalito. Le paysage est grandiose, nous retrouvons peu à peu les montagnes et apercevons en contre-bas le Rio Magdalena qui serpente dans la vallée. Un couple nous interpelle sur le bord de la route. Il s’agit d’un couple de français Marie-Claude et Jean-Pierre avec lequel nous partageons un moment. Ils habitent à Carquefou à environ 30km de notre domicile en France. La pluie reprend de nouveau et nous terminons notre journée à Gigante.

Gigante est un village tranquille, avec ses commerces et ses 30000 habitants. En Colombie la taille des villages est démesurée. Samedi nous quittons le village assez tôt car nous sommes de nouveau dans une zone de chaleur. Pas de fait particulier ce jour, nous arrivons tranquillement à Altamira, un tout petit village de 4000 habitants où nous passons la nuit. Ici peu de restaurant, nous mangeons aux marchands ambulants dans la rue. 

Après une nuit bien tranquille, nous repartons en direction de Pitalito. Une petite pause dans le charmant village de Timana (30 000h) où l’église est de toute beauté avec son architecture extérieure en briques et sa décoration interne très soignée. Ici la ressource essentielle est la production de café. Nous arrivons à Pitalito, ville de 100000 habitants située dans la plus grande zone de production du café colombien. Ici le café est réputé le meilleur du pays et la quasi totalité de la production va à l’export. Ce soir nous dormirons chez nos hôtes Warmshowers Dario y Constanza. Ils habitent un condimino très agréable, lotissement gardé et sécurisé. Constenza exerce le métier de Ortolongo y Dario celui d’avocat.

Pendant ces cinq jours nous avons parcouru : 246km.

Rencontres significatives:

  • Marie-Claude et Jean-Pierre un couple de Français (Que j’invite à m’envoyer leur email).
  • Constanza y Dario nos hôtes Warmshowers

Tatacoa un désert pas si désert

Lundi 28 et mardi 29 janvier 2019

Lundi notre avancée vers le désert du Tatacoa se termine, ce matin nous empruntons les chemins de terre, traversons le Rio Magdalena pour s’en approcher. Aujourd’hui, il pleut et ce n’est pas agréable, la boue colle aux roues des vélos. La pluie s’étant arrêtée, nous arrivons enfin dans le désert. Le spectacle est magnifique et le Tatacoa nous présente ses couleurs ocres qui changent constamment avec la lumière et le soleil. Nous le découvrons au coucher de soleil et c’est magnifique. Ce soir nous camperons dans le désert et espérons voir les étoiles.

Mardi, il a plu une grande partie de la nuit et le ciel gris a gardé les étoiles pour lui. Ce matin nous pouvons à peine marcher tellement la boue colle aux chaussures. Il faudra attendre le milieu de la journée pour s’aventurer à pied dans le désert. Le Tatacoa est tout petit, on l’appelle désert mais en fait la vie est présente partout. A commencer par ces habitations isolées que l’on y trouve. Il y a également la végétation tels les cactus, arbres, animaux que l’on ne voit pas tels les serpents, scorpions et ceux que l’on voit chèvres, vaches et chevaux en liberté. Les couleurs et les formes sont magnifiques. Il y a une bascule entre les gris, le noir et le rouge, c’est agréable pour les yeux. Retour au camp de base en début d’après-midi pour se reposer et faire un peu de mécanique sur les vélos. Verra-t-on les étoiles cette nuit ?

Pas de rencontre significative.

Lundi nous avons parcouru 45 km.

Peu de joueurs pour le quizz, néanmoins vous trouverez les réponses ci-dessous.

En route vers le désert du Tatacoa

Samedi 26, dimanche 27 janvier 2019

 

Aujourd’hui nous quittons Ibagué, Carol et William; levé matinal pour un départ vers le désert de Tatacoa. Le relief est facile dans cette région mais le problème il fait très chaud. Aujourd’hui il y a beaucoup de descentes et la moyenne est élevée. Le paysage a radicalement changé. Nous croisons des cultures de riz et de maïs. Les machines sont en actions pour la récolte du riz, ici c’est un peu particulier, comme il n’y a pas de saison, ils peuvent récolter toute l’année. Le riz se récolte comme le blé mais avec son enveloppe, qui est enlevée ensuite avec une autre machine en usine. Nous terminons notre journée à Saldaña.

Dimanche nous continuons notre avancé vers le désert de Tatacoa à un rythme soutenu sous une chaleur avoisinant les 40°C. Comme c’est dimanche, il n’y a quasiment pas de trafic. Nous nous arrêtons à Natagaima très tôt. Cela nous permet de rencontrer Orminzo qui nous invite dans la maison de sa sœur pour nous faire profiter d’internet et découvrir la campagne profonde du pays. Nous avons du mal à imaginer que les gens vivent dans des conditions de confort aussi précaire, que nous ne pourrions sans doute plus supporter en Europe.  Ce soir nous dormirons à l’hôtel dans un petit village près de Natagaima, une seule chaine de télévision et pas d’internet.

Nous avons parcouru :

  • Samedi 87 km
  • Dimanche 67 km

Rencontre significative : Orminzo, il vit à Bogota mais vient se reposer à la campagne pour rencontrer sa famille et ses amis.

Faits marquants : pas d’internet depuis 2 jours.

Quizz du jour avez-vous la réponse au trois photos ci-dessous. Réponse au prochain post