Dur dur mais que ce fût grandiose

Lundi 23 décembre 2018

Aujourd’hui nous quittons Bucamaranga. Départ matinal pour éviter le trafic de la ville, comme c’est dimanche il y a moins de monde. La température est agréable, il est 6h30 du matin. Direction Zapatoca un village Andin à plus de 1800m d’altitude. Les 45 premiers km se font à allure rapide, le parcours est plat et descendant. Nous accédons au canyon de Chicamocha et le fleuve Saravita. Avant la descente le spectacle est grandiose, dans un site magnifique. Nous descendons jusqu’au pont qui traverse la rivière et annonce le début de la montée vers Zapatoca. Cette dernière vue du pont est un peu effrayante. Une montée de 23km avec quelques passage à 13% où il faudra sans aucun doute pousser le vélo. La température du canyon est par moment supérieure à 40°. 

La montée prendra au total plus de 5 heures sans compter les nombreux arrêts. Mais quel spectacle, la beauté du paysage nous fait oublier la difficulté d’accès. Nombreux cyclistes à VTT croisés dans cet endroit.

De nombreuses rencontres, dont Alturo Plata qui nous donnera une adresse pour dormir chez un de ses amis à Zapatoca. Pour la première fois nous terminons le voyage à la nuit tombée. Une personne très gentille, avec sa voiture, nous a éclairé et protégé de la circulation dans les derniers kms.

Aujourd’hui nous avons parcouru 67 km pour plus de 1400 m de dénivelé (en réalité près de 2000, le GPS ne fonctionnait pas correctement.)

Rencontres significatives : Impossible de les citer toutes

– Alturo Plata un habitant de Zapataco rencontré pendant la montée. Il parle français et a vécu pendant 3 ans à Besançon. 

  • Martha et Luis Cerano qui nous ont hébergé pour une nuit.

Les félicitations du jour : incontestablement pour Agnès. Elle a légèrement souffert, vous pensez quasi 1400 m de dénivelé positif, sans doute un record qui sera difficile à battre.