En prenant les routes de campagnes

Samedi 10 novembre 2018

Lever tôt ce matin, mais pour rien, comme nous avons changé de fuseau horaire hier, le jour n’était pas encore levé. Actuellement notre décalage avec la France est de 6 heures.

Aujourd’hui fête de l’indépendance est un jour férié au Panama, mais ici pas de soucis tous les magasins restent ouverts.

Nous roulons sur la panaméricaine toute la journée, il y a peu de circulation en raison du jour férié.

En dehors de nos arrêts ravitaillements, aujourd’hui nous avons avalé les kms. Ce soir nous dormirons dans la campagne du Panama, dans un hôtel de très bon confort le « Paradise INN » et se sera la fête au bord de la piscine.

Pas de rencontre significative.

Aujourd’hui nous avons parcouru 77 kms sous un temps très agréable et une température légèrement plus clémente et premier jour sans pluie.

Dimanche 11 novembre 2018

Toujours en direction de Panama City. Ce matin, c’est dimanche et l’hôtel est désert. Nous partons sans pouvoir nous restaurer. Aujourd’hui, nous changeons nos plans et allons emprunter une route de campagne. Après environ 30km et un contrôle douanier sur la Panaméricaine où nous avons dû présenter nos passeports, nous prenons cette route de campagne. La route est déserte, il n’y quasi pas de voiture. La végétation est luxuriante, le cadre est très agréable. Le seul inconvénient il y a des montées assez raides. Les habitations sont parsemées et beaucoup de gens nous saluent lors de notre passage. Nous roulons tranquillement, malgré tout nous ratons le seul hôtel qui se trouve sur cette route.

Ne souhaitant pas faire demi-tour nous nous arrêtons dans un petit village Porto Vidal. La police nous indique une adresse où nous pouvons mettre notre tente, mais pas de chance il n’y a personne à la maison indiquée. Nous nous arrêtons dans une maison où nous rencontrons Héléna, Emeri son fils, Paulo son oncle et la grand-mère de 101 ans qui est aveugle, ne peut marcher mais peut encore entendre et discuter. La famille est vraiment très gentille, elle nous propose sa terrasse pour mettre notre tente. Héléna va également nous préparer le repas du midi, du soir et le petit déjeuner. La famille semble vivre dans une précarité impressionnante.

Particularité du village : il n’y a pas de réseau mobile, ni internet, la seule distraction des foyers est la télévision par satellites. Il y a l’eau potable au robinet et pour les sanitaires de 18h à 8h du matin. Dans la journée il faut vivre sur les réserves d’eau.

La petite anecdote : pour capter du réseau mobile, il faut se rendre à un pont qui se situe à environ 5 kms du village et tout cela sans être sûr d’avoir le réseau.

Malgré l’absence de réseau, nous restons assez tardivement avec la famille qui souhaite connaitre un peu de la France.

Rencontre significative : Héléna et sa famille.

Aujourd’hui nous avons parcouru 52 kms.

Statistiques samedi 10 novembre 2108

Statistiques dimanche 11 novembre 2018