Quand Washington nous bloque la route

De Vilcamba à Zumba

Du dimanche 21 au Jeudi 25 avril

Départ matinal de Vilcabamba, en partant nous croisons un cortège qui revient du cimetière avec le cercueil du christ. Les paroissiens fêtent la résurrection du Christ pour le dimanche de Pâques. En Amérique du Sud le lundi de Pâques est un jour normal.

Nous prenons la route vers Yangana, un village de montagnes où nous avons rendez-vous avec Marco et sa famille La route est agréable avec toujours le décor des montagnes. Nous arrivons en fin de matinée chez Marco et Inès sa femme. Il nous accompagne et nous nous décrit son village. Au retour il nous montre une exposition photos du secteur de Yangana. En soirée, sur un feu de bois nous cuisinons une « Manjal de leche ». Il s’agit de Panela (sucre pur extrait de la canne à sucre), avec du lait, de la farine de maïs et de la cannelle. Au final cela donne une pâte à tartiner couleur caramel qui se mange avec du pain local et c’est excellent. Ce fut une bonne expérience de groupe.

Nous installons notre toile de tente sous un abri pour éviter la pluie de la nuit.

Lundi la journée va être longue, pour cela départ aux aurores. Le dénivelé positif de la journée 2000m, et il n’y a aucune habitation où zone pour dormir sur le parcours. L’ascension se passe bien. Aujourd’hui nous avons perdu le drapeau qui était installé sur le vélo d’Agnès. Dans la descente nous essuyons une pluie d’orage sans pouvoir se mettre à l’abri. Sur cette route de montagne il y a peu d’habitations ou de zone pour se protéger.

Ce soir nous dormons dans une pension du village de Valladolid. Ce dernier est perdu dans une zone montagneuse. Un joli village où toutes les maisons sont en bois. Il y a deux touristes français dans le village et tout le monde semble au courant.

Mardi, après une nuit tranquille dans notre pension où les conditions sont spartiates. Une chambre sans volet, sans porte qui ferme à clef et un lit pour une personne. Les toilettes et la douche froide sont au rez-de-chaussée, quel confort. Au petit matin nous sommes réveillés par une fumée, c’est la propriétaire qui brûle ses déchets plastiques. J’aborde le sujet, elle semble complètement indifférente au problème. Il y a encore du travail à faire pour éviter la polution de la planète.

Départ tranquille vers Palanga, où à notre arrivée nous croisons un couple de français témoins de Jéhovah. Ils habitent ici depuis plusieurs années. Ici la vie est tranquille et agréable. Le village avec son parc et son église est magnifique. Nous dormons dans le petit hôtel Merino, bien et pas cher. Le propriétaire voulait 25$, nous lui en proposons seulement 10 et il finit par accepter.

Rencontre du jour: un couple de français témoins de Jéhovahs.

Mercredi, il pleut à torrent et comme la route est en terre sur plus de 40km. Nous décidons de rester une journée supplémentaire à Palanda. Jour de repos pour régler quelques problèmes mécaniques, mise à jour du blog et faire confectionner un nouveau drapeau.

Jeudi direction Zumba, départ assez lent car la première pente va vite se présenter à nous. Une montée de 3 km avec des passages à 15%.  La route est mouillée et il y a de nombreux éboulements. Il y a des passages boueux qu’il faut passer à pied. Rencontre avec les élèves de l’école de Canada, un petit village. Les enfants sont en récréation et leur terrain de jeux c’est la route. On fait un petit jeu dont le thème est le drapeau. Avec mes indices ils finiront par trouver le pays. Nous leur donnons des stylos. 

Après 30km, nous sommes bloqués par un camion qui s’est enlisé sur le chemin, impossible de passer. Comme il n’y a pas d’engin de chantier, le dégagement se fait à la pelle. Washington le chauffeur est patient et nous indique que cela prendra le temps nécessaire. Après 2h le camion finit par se dégager et repartir. 

Pour notre part il est trop tard pour atteindre Zumba. Nous nous arrêtons dans le village de El Progreso et trouvons refuge dans la salle du restaurant El Charapano où nous dormirons. La propriétaire très sympathique nous offre à manger. Un village de montagne où les connexions internet sont très difficiles et pratiquement sans débit. C’est un tout petit village, avec une vieille église plantée sur une paroi de montagne. Une partie des habitations sont interdites pour risques d’effondrement. Suite à un glissement de terrain les fondations des maisons sont parties dans le précipice. Par sécurité l’interdiction d’y rentrer est assurée par l’armée. Ici il passe peu de touristes.

Rencontre du jour : 

– les écoliers de canada

– Washington le chauffeur d’un camion 

– Maria abad la patronne du restaurant EL Charapano.

Nous avons parcouru: 22km dimanche, 43 lundi, 19 mardi et 37 jeudi.

Rencontre avec Washington qui nous bloque sur la route
Share Button