Mais que fait la police ?

Lundi 10 décembre 2018

Nuit très tranquille à San Pedro. Hier la police nous a proposé un accompagnement touristique sur une partie du parcours. Pendant une quinzaine de kms la moto de la police avec deux agents nous a précédé. Cela sécurise mais je ne pense pas que ce matin cela avait une grande utilité.
Le parcours du jour est plutôt descendant et nous nous dirigeons vers la ville de Magangué. Ce n’est pas une ville touristique mais un passage obligé pour se rendre de l’autre côté du fleuve Rio Magdalena.

Le revêtement de la route est mauvais. Ici nous sommes dans une zone agricole et il n’y a quasiment que des fermes et leurs vaches à bosses.

Nous arrivons en fin de matinée à Magangué. Une ville de 120 000 habitants de située au bord du Fleuve Rio grande Magdalena. Ce chiffre parait important mais ce qui surprend en arrivant c’est la circulation des motos. Il y en a des milliers dont une bonne partie sont des taxis et transportent deux voir trois passagers en même temps. Nous ne savons pas si c’est la suite du vol de la semaine passée, mais il y a un petit sentiment d’insécurité dans cette ville. Tous les colombiens qui nous regardent paraissent suspects.

La ville est vivante avec une jolie cathédrale ainsi qu’un port très actif.Dans ce type de ville, on se croirait dans un autre monde. Ici tout semble décalé avec la réalité et la vision d’européen que nous sommes. La police du tourisme que nous croisons à l’hôtel nous propose un accompagnement pour aller au port demain. Pour nous rassurer nous acceptons.

Nous sommes installés à l’hôtel Magangué Plaza, un trois étoiles de Colombia. Nous ne savons pas quels sont les critères d’attribution. 

Rencontres significative du jour :

  • Yeison de la police du tourisme
  • Mauricio le propriétaire de l’hôtel. Il plaisante sur tout. Son hôtel est truffé de caméras de surveillance. Il semble adorer la technologie et m’explique tout le système.

Aujourd’hui nous avons parcouru 45 kms –  température au maximum 41°