Samedi 23 juillet Le Mazet (près de Bidon – Vallon-Pont-d’Arc

Samedi 23 juillet 2016 Le Mazet (près de Bidon) – Vallon-Pont-d’Arc.

  • Si vous postez un commentaire, merci de cocher la case je ne suis pas un robot, sinon votre commentaire n’est pas pris en compte

La soirée s’est terminée au restaurant du camping du Mazet. Les propriétaires d’un premier abord un peu froid, deviennent plus causant au fil de la soirée.

La cuisine traditionnelle servie au restaurant est excellente et les prix bien loin de ceux que nous rencontrons dans la vallée. Le patron est sans doute meilleur en cuisine qu’en accueil.

Il a de nouveau plu une partie de la nuit et nous devons plier la toile humide, espérons que le temps va s’améliorer car pour l’instant l’Ardèche me rappelle la Bretagne.

Nous partons vers 8h30 avec pour destination Vallon-Pont-d’Arc. Notre parcours du jour nous emmène sur la route des Gorges de l’Ardèche, nous allons très certainement rencontrer quelques montées mais heureusement il y aura aussi des descentes. Les Gorges de l’Ardèche forment un canyon d’environ 30 kms entre Vallon-Pont-d’Arc et St-Martin-d ‘Ardèche et forment la frontière entre les départements de l’Ardèche et du Gard. Nous nous arrêtons systématiquement aux différents belvédères installés le long de la route. Les paysages y sont magnifiques. Les rencontres sont diverses, après avoir discuté avec un trio de cyclistes allemands qui eux font un périple depuis Genève, nous croisons un troupeau de chèvres lors d’un arrêt à un belvédère et elles sont vraiment faciles à approcher. Il y a même un bouc qui pue tellement que nous l’évitons afin de ne pas à avoir l’odeur toute la journée.

Nous apercevons en contre-bas la rivière les canoës. Une activité qui est très pratiquée sur le fleuve. D’ailleurs ce doit être l’heure de pointe, ils sont tellement nombreux qu’ils se touchent presque. J’apprendrais plus tard qu’en été ils sont tellement nombreux qu’ils sont obligés de faire la queue pour franchir les écluses installées à différents endroits du fleuve.

Nous arrivons au col du Serre de Tourre où nous prenons le temps de souffler et d’observer le panorama.

Nous attaquons ensuite la longue descente vers Pont d’Arc avec le franchissement de deux tunnels qui sont relativement bas, d’ailleurs la route est interdite aux poids lourds et à certains autobus, malgré tout nous allons être stoppé par un bus allemand surélevé qui a beaucoup de mal à passer sous un tunnel, d’ailleurs son gabarit ne l’autorise pas à prendre cette route.

J’atteins la vitesse de 60 km/h avec le vélo de randonnée lors de la descente, c’est un peu chaud, il faut avoir confiance dans les freins, Agnès préfère descendre plus lentement, je l’attendrais au Pont-d’Arc.

Le Pont-d’Arc est un pont naturel qui enjambe la rivière, l’endroit est magnifique et fait le bonheur des photographes. Le pont à une hauteur de 54m et une largeur de 60m et a été creusé par la rivière Ardèche.

Arrivée à Vallon-Pont-d’Arc où nous resterons pour la nuit. La difficulté à Vallon n’est pas de trouver un camping mais d’avoir un tarif qui reste raisonnable. Les prix s’échelonnent pour une toile de tente entre 16 et 45 euros sans les suppléments éventuels tel que l’électricité pour laquelle ils demandent 5 euros par jour. Une discussion avec le responsable du camping qui est soucieux car même en période de pointe son camping n’est pas complet. Avec de tels tarifs cela n’a rien de surprenant. Pour la petite histoire, hier soir au camping la bouteille de 1,5l de cristalline était au prix de 3,5euros.

Visite de la ville de Vallon-Pont-d’Arc, c’est très touristique avec de nombreux magasins qui vous permettent d’acheter des tas de choses qui ne vous serviront à rien une fois rentré chez vous. En tout cas les rues sont noires de monde et les terrasses de bars et restaurants sont bien remplies. Vallon est comparable à une ville de vacances, et en hiver cela doit être bien triste et désert.

Ce soir nous nous sommes installés dans un camping à la ferme, c’est calme et sans activité. Ce soir il a de nouveau plu sur l’Ardèche.
Aujourd’hui nous avons parcouru 35 kms avec un dénivelé de 350m. Nous devrions en rencontrer de plus importants dans les jours prochains. Demain nous remontons vers Aubenas pour atteindre Mauriac lundi ou mardi.

Le saviez-vous : le département porte le n°7 et ses habitants s’appellent les ardéchois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =