Routes de transition

Du vendredi 14 au mardi 18 juin de Cajabamba à Pallasca

Vendredi nous quittons Cajabamba, direction Huamachuco, une ville située plus au sud. Aujourd’hui nous retrouvons le bitume et ça fait du bien. Il fait bien chaud, la route s’élève mais elle est très agréable. Pause à la lagune de Sausacocha, lieu de détente et activités nautiques. 

Arrivée dans la ville de Huamasucho relativement tôt. La ville est étendue et nous nous établissons dans son centre. Nous en profitons pour visiter son immense marché aux fruits et légumes. 

Samedi départ vers le village de Pallasca, mais avant il va falloir pédaler plusieurs jours. Nous empruntons des routes de montagnes non bitumées mais le paysage est splendide et nous sommes tranquilles. Nous avons croisé cinq voitures dans la journée. Notre altitude de croisière se situe à 3500m. Première nuit à Cachicadan, où nous faisons la connaissance de Rosa. Une personne charmante qui aime les cyclistes. Elle nous offre un logement ainsi que la nourriture, alors que ses conditions de vie semblent bien difficiles.

Rencontre du jour : Rosa

Un dimanche autour d’une Pachamanca

Dimanche, avec tristesse nous quittons Rosa avec laquelle nous avons passé un agréable moment. Direction de Angasmarca par une route en terre, laquelle débute par 14 km de descente relativement difficile avec des pierres et gravillons, mais le paysage est toujours splendide. En route nous faisons la connaissance de la famille Rabaza laquelle nous invite à déguster une  pachamanca en l’honneur de la fête des pères.

Comment se prépare la pachamanca :Il faut creuser un trou dans le sol pour y mettre les légumes, les viandes et des pierres très chaudes chauffées auparavant. Dans le principe ils intercalent les couches de légumes (pommes de terre, maïs, haricots et herbes locales) avec les viandes (porc, poulet, agneau) et des pierres, ensuite la cuisson se fait tranquillement à l’étouffée et il ne reste plus qu’à déguster. Un moment agréable passé avec cette famille de 50 personnes. Nous terminons notre journée à Angasmarca où nous dormons au commissariat de police. Belle journée riche en émotions.

Rencontre du jour :

  • La famille Rebaza 
  • Les policiers du commissariat de Angasmarca

Que de poussière

 Lundi départ tranquille, la journée va être longue. Nous longeons la montagne et alternons les ascensions et descentes. Le revêtement de la route est essentiellement en terre avec beaucoup de poussière, par moment il y en a tellement au sol que le vélo n’avance plus. 

Le paysage est agréable et cette route de transition est déserte, les seuls véhicules croisés créent un nuage de poussière indescriptible. Nous arrivons à Mollepata en milieu d’après-midi dans un état de salissure extrême, la cause étant bien sur la poussière rencontrée ce jour. Nous nous installons dans le collège et prenons une douche chez un habitant du village. 

Ce soir nous mangeons dans un petit café où nous rencontrons une équipe qui travaille à la construction d’une route. Discussion animée mais agréable, un grand partage d’informations sur la France et le Pérou

Rencontre du jour : une équipe qui construit une nouvelle route dans la montagne.

Une première dans une paroisse

Mardi destination du jour Pallasca, un village situé en altitude mais auparavant il faut passer par une petite montée de 20 km avec ses nombreux lacets. Le spectacle est magnifique et la météo est agréable. Un seul village rencontré à l’issue de cette première ascension, et à partir de ce dernier commence la seconde ascension qui nous amène à Pallasca. Cette dernière est terrible, 5 km avec un pourcentage entre 10 et 12%. 

Nous arrivons au village où c’est la fête et pas facile de trouver un logement. Nous nous adressons au prêtre de la paroisse, lequel nous ouvre les portes de sa paroisse pour dormir. Ici nous sommes dans une mission ONG appelée “Mato Grosso”. https://fr.wikipedia.org/wiki/Opération_Mato_Grosso.

Son rôle aider les gens dans la pauvreté et assurer des formations à des jeunes qui deviendront charpentiers ou restaurateurs de monuments. Mais je vous en parlerai dans le prochain post.

Nous avons parcouru : 56 km vendredi, 59 samedi, 29 dimanche, 41 lundi et 33 mardi. 

Problème rencontré : fuite d’huile au deuxième frein magura du vélo de Jean-Claude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *