Premier 4000m à vélos et des rencontres improbables.

Dimanche 13, lundi 14 et mardi 15 janvier 2019

Dimanche 13 nous avons prévu de nous rendre au Navado del Ruiz, un volcan actuellement en sommeil actif, il est sous surveillance et son cratère est inaccessible au public. En 1985 lors de la dernière éruption, il y eu 25000 morts. Son sommet culmine à plus de 5000m et est recouvert de neige. Le public peut s’en approcher jusqu’à 4500m. Nous nous contenterons de l’observer à 4100m. Avec nos vélos il nous faut parcourir 2100m de dénivelé. La pente est régulière avec des pourcentages aux environs de 8%. Après avoir parcouru les 33 km avec Carlos un cycliste qui nous a accompagné. pendant la montée. Nous sollicitons un hébergement dans une finca « ferme  pour y mettre notre toile. Gloria et Jogers qui nous accueille vont aménager une pièce pour une nuit, nous offrir un lit très confortable et chose rare d’une douche chaude, ici l’eau est chauffée avec la cuisinière centrale à bois. Gloria et Jogers sont très accueillants et se mettent en quatre pour nous préparer le diner. Quel bonheur de rencontrer ces personnes, des instants inoubliables. Oublions notre confort européen.

Lundi 14 janvier, après une nuit confortable, petit déjeuner traditionnel préparé par Gloria. Nous prenons la route pour accéder au sommet à 4100m. Pas toujours facile, car avec les mêmes pentes de la veille, nous avons un peu de mal à respirer, le taux d’oxygène dans l’air diminuant. Malheureusement la météo n’est pas avec nous, le brouillard se lève, et nous terminons l’ascension dans la purée de pois. Arrivée à l’entrée du parc, impossible d’y rentrer, il nous faut redescendre légèrement à une auberge pour passer la nuit.

Mardi 15 janvier, bien matinal le gardien de l’auberge nous réveille vers 5h30 pour nous signaler que l’on peut observer le volcan par temps clair. Sortir dehors est un petit exploit il fait froid à 4000m et la température est inférieure à zéro, mais le spectacle est magnifique. Le gros nuage de vapeur au-dessus du volcan nous confirme bien que ce dernier est toujours en activité. Malgré le froid, nous pourrions rester en admiration pendant des heures. Après le petit déjeuner, nous enfourchons nos vélos pour retourner à Manizales en empruntant une route sans trafic. Le revêtement de terre est un peu difficile, la pente souvent à plus de 10% ; mais le jeu en vaut la chandelle, quel spectacle et quel silence dans cette montagne. Il nous faudra plus de 3 heures pour descendre sur ce chemin caillouteux. Sur le parcours nous rencontrons deux vététistes qui s’arrêtent pour discuter de nos drapeaux. Après un échange cordial, nous nous donnons rendez-vous à Manizales pour prendre un verre. La fin de la journée se passe sans incident et nous nous installons dans un hôtel confortable et bon marché.

Nous retrouvons nos deux vététistes : Luis Emilio et César. Mais que font Luis et César dans la vie. Luis après 6 mandats de sénateur est aujourd’hui avocat. Quant à César Grajales, ancien cycliste professionnel, il a couru un peu partout dans le monde dont en France, et battu à la régulière dans une course le célèbre Lance Amstrong. Nous allons partager un long moment autour d’un verre et d’une petite collation. 

Rencontres significatives : 

  • Carlos un cycliste qui nous accompagne pour l’ascension
  • Gloria et Jogers les exploitants de la finca qui nous ont accueilli pour une nuit.
  • Cesar Grajales ancien coureur cycliste professionel.
  • Luis Emilio Sierra ancien sénateur de Colombie.

Nous avons parcouru :

  • Dimanche 13 janvier 37km
  • Lundi 14 janvier 20km
  • mardi 15 janvier 41km



4 réflexions sur « Premier 4000m à vélos et des rencontres improbables. »

    1. Bonjour Freddy, Caroline, Louis et
      Effectivement il s’agit de Lance Armstrong, luis était plutôt dans la musique. Bien vu, merci ça me permet de corriger l’erreur.
      Comment allez-vous ?

      Jean-Claude Agnès.

  1. hola JC et Agnès
    Quel courage pour monter à vélo à une telle altitude ! chapeau bas ?mais ça en valait vraiment la peine ! vos photos sont magnifiques ? merci pour ces partages
    Biz Christine

    1. Bonjour Christine
      Du courage ou alors nous sommes un peu fou. Si tout se passe bien il y en aura d’autres occasions où il faudra du courage. En tout cas le cadre et la beauté du paysage sont des choses qui font oublier les efforts à produire.
      Besos Jean Claude Agnès

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
10 ⁄ 1 =