La Turquie

Drapeau Turquie

Du mercredi 22 au lundi 27 juin, de la frontière turque à Istanbul

Des douaniers bien sévères

L’aventure continue ce mercredi 22 juin, nous arrivons à la frontière de la Turquie. Le passage de la douane est long et compliqué. Un groupe de motards Allemands a droit à la fouille complète, ça ne rigole pas avec les douaniers.

Une journée sans évènement particulier sur les routes de campagnes non goudronnées qui nous amènent dans le village de Üsküp où la police nous loge dans une salle de réunion. En Turquie l’hospitalité est grande, la population nous invite régulièrement à boire le thé.

Les deux jours suivants nous continuons notre route vers Istanbul. Le trafic automobile est assez soutenu. Dans la ville de Saray, Ali un patron de restaurant nous invite à dormir dans sa maison. Il parle français et a vécu 24 ans en France. Le jour suivant nous dormons dans le jardin d’un restaurant et comme partout on nous offre le thé.

Istanbul la mystérieuse

Samedi 25 nous arrivons dans les faubourgs d’Istanbul qui se situent à environ 40kms du cœur de la ville. A Istanbul, il n’y a pas vraiment de centre-ville tant celle-ci est étalée. La circulation y est démentielle, aucune piste cyclable, tout est dédié à l’automobile. Nous circulons soit sur les voies express ou les trottoirs. Une ville où le nombre de mosquées est inimaginable, il y en a partout. La ville est une fournaise, il fait chaud, le trafic est intense et le bruit des klaxons assourdissants. Il nous faudra plus de 4 heures pour trouver un point de chute pour dormir, une vraie galère.

Istanbul est une ville mystérieuse où il fait bon déambuler et se perdre dans le dédale de ses rues et du grand bazar. Un lieu où l’on peut tout vous vendre même les choses dont vous n’avez pas besoin. Un endroit embaumé par le parfum des épices. Istanbul le lieu du mystérieux palais de Topkapi ou de la magnifique mosquée bleue.

Une mégalopole où le mélange des cultures impressionne, vous pouvez aussi bien croiser une femme voilée jusqu’aux yeux qu’une femme vêtue très légèrement à l’européenne. L’ensemble de cette population semble vivre en parfaite harmonie et dans une grande tolérance.

Le Bosphore et son trafic

Lundi 27 nous quittons Istanbul à vélo. Nous empruntons indifférement les routes ou les trottoirs . Nous nous faufilons tant bien que mal dans le trafic et finissons par arriver à l’embarcadère du ferry qui va nous permettre de traverser le Bosphore, célèbre détroit entre la mer Marmara et la mer noire. Des dizaines de ferry y sont en permanence en action. Après cette traversée, pour la première fois de notre voyage nous posons les pieds en Asie. Nous terminons la journée chez Mustapha, un hôtelier qui aime les cyclistes et nous offre un logement pour la nuit. 

Le saviez-vous 

Istanbul auparavant s’est appelée Byzance puis Constantinople. Ce n’est pas Istanbul mais Ankara la capitale de Turquie. 

Les rencontres

  • Un groupe de motards Allemands
  • Ali et son chien
  • Suleymane un restaurateur bien gentil
  • Mustapha un hôtelier qui aime les cyclistes

Ou sommes-Nous

Pendant ces 8 jours nous avons parcouru 294 kms. Vous pouvez retrouver le parcours sur la carte ci-dessous.

Voir en plein écran

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
21 × 14 =