La route des vins

Du samedi 30 novembre au lundi 9 décembre De Salta à Chilecito

Samedi, cette fois nous voilà parti pour la route des vins. Une première portion de Salta jusqu’à Chelicito avant d’atteindre ensuite Mendoza. Pendant les 25 premiers km nous voyageons avec un passager clandestin (voir photo). Par gentillesse et par amitié nous finirons par lui offrir à boire. Aujourd’hui peu de vignes sur notre route relativement désertique. Nous terminons à Viña un petit village où nous dormons au camping dans une pièce gentiment prêtée par la gardienne.

Douche écologique

Dimanche nous quittons Viña sous la pluie, constat il y a toujours très peu de vignes sur notre route des vins, peut-être faudra- t-il attendre d’être un peu plus au sud.  La pluie nous accompagnera une partie de la journée sur cette route magnifique. Nous sommes entourés de montagnes dommage que le ciel soit gris. 

Petite halte à la gorge du diable où nous rencontrons un musicien qui joue de l’Ocarina. Belle musique avec un instrument qui semble facile à utiliser, mais après quelques essais ce n’est pas si facile. 

Après une belle journée nous nous arrêtons au lieu-dit Santa Barbara. Nous installons notre toile dans une cabane en bambous. Nous découvrons une douche écologique. Le principe est simple, il faut allumer un feu qui chauffe l’eau d’un bidon et ensuite vous avez de l’eau bien chaude. Le principe nous semble génial.  

Enfin un petit verre

La suite de notre voyage nous amène à Cafayate où nous retrouvons Juan, le colombien que nous croisons pour la cinquième fois.

Ici un peu plus de vignes malgré que nous soyons sur la route des vins. Nous en profitons pour en déguster (Vin rouge Malbec, ou encore cabernet sauvignon rouge). Ces derniers très fruités sont agréables au goût mais bien différents de nos vins français. 

Les jours suivants vont nous amener à continuer notre parcours sur cette route 40. Le paysage est toujours désertique et finit par être un peu monotone, malgré tout il y a toujours du spectacle. Le soleil étant revenu, nous en profitons pour allonger nos étapes afin d’arriver plus rapidement à Mendoza situé à encore environ 800km.

Une mine en Or

Les cinq jours suivant la route ne change pas, elle est toujours aussi désertique et peu de villages pour se ravitailler ou dormir. Heureusement elle est plate et nous avançons rapidement, malgré quasi 40°C. Lorsque nous arrivons dans la ville de Chilecito tout est à l’arrêt, même les hôtels sont fermés. Il nous faudra l’aide des habitants pour trouver un logement dans une famille.

Chilecito une ville où jusqu’en 1929 existait une mine d’or. Elle employait plus de 2000 personnes. Le plus difficile était de se rendre à la mine pour travailler. Elle est située à plus de 5000m d’altitude. Pour cela ils avaient créé un train-câble de transport qui partait de 800m et comportait 9 stations jusqu’à la mine. Il transportait les hommes, le minerai et la logistique.

L’organisation était démentielle : Chaque travailleur restait une dizaine de jours dans chaque station, avant d’en changer. Il bénéficiait d’un jour de repos entre chaque changement. Et à la fin du cycle il rentrait se reposer chez lui.  De ce fait il lui fallait plusieurs mois avant de rentrer à la maison. A la suite de ces conditions très difficiles naquit le syndicat des mineurs qui aujourd’hui tient une grande influence dans la protection des travailleurs.

La mine était exploitée par les anglais. Aujourd’hui elle contient toujours des minéraux nobles mais la population s’oppose à son exploitation pour des raisons écologiques.

Chilecito est une ville peu touristique mais très agréable.

Nous avons parcouru 693 km pendant ces 10 jours. Parcours de notre position actuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 13 =