Eboulement sur la route

Du lundi 12 au samedi 17 août de Ayacucho à Huanta

Lundi en route vers la ville de Cuzco, il nous faudra au moins deux à trois semaines pour la rejoindre mais auparavant nous passerons par Ayacucho. Sortir de Huancayo est difficile avec la circulation et comble de malchance le GPS nous fait passer par des chemins compliqués et un Eboulement sur la route. Arrivée hors de la ville la route est tranquille avec peu de circulation, heureusement car c’est étroit. Nous arrivons facilement à Izcuchaca en début d’après-midi, un village isolé et peu touristique. Par contre chose incompréhensible les prix sont élevés et difficile de trouver un logement. Après beaucoup de recherche nous terminons à l’hôtel Vista Alègre qui est bien confortable.

Inquiets

Mardi nous partons tranquillement car nous ne savons pas quel itinéraire prendre. Un inconnu nous informe qu’un éboulement a eu lieu mais qu’à vélo cela devrait peut-être passer. C’est compliqué car l’éboulement serait à plus de 30km et nous n’avons pas envie de faire demi-tour. En fin de matinée nous arrivons à Quichuas ou nous discutons avec le personnel de la mairie qui nous confirme qu’un éboulement empêche le passage, mais heureusement il y a un parcours de secours. Comme il pleut nous décidons de dormir dans le village et attendre le lendemain. Un petit hôtel tranquille avec un wifi très performant. Nous rencontrons la police pour prendre des informations sur l’Eboulement sur la route, mais pas de chance, ils ne peuvent pas nous renseigner.

Un petit tour de tractopelle

Mercredi départ vers l’inconnu, pourra-t-on passer par la route que nous avons choisie. Après 5 km nous sommes stoppés à un barrage où l’on nous indique que pendant la nuit un nouvel éboulement c’est produit et ainsi le passage est impossible et on nous conseille la déviation mise en place. Nous la cherchons avant de nous y engager, mais après 2 km nous faisons demi-tour sur conseil d’un local car nous ne pourrons pas passer avec nos vélos. En effet il faut escalader une paroi avec un pourcentage impressionnant.

Après une heure d’attente le responsable des travaux nous informe que nous pouvons passer, mais un nouvel éboulement se produit. En effet nous apercevons d’énormes pierres qui tombent et roulent dans le torrent. 

Prions le seigneur

Après discussions avec le responsable du chantier, nous chargeons les vélos dans le godet d’un tractopelle, et nous nous installons avec le chauffeur dans sa cabine qui elle est renforcée pour résister à la chute des pierres. Après environ 150m dans l’engin, nous traversons la zone de l’Eboulement sur la route et prions pour que tout se passe bien. Merci à l’équipe de chantier de nous avoir apporté leur aide. 

Toute la journée nous longeons un magnifique et immense canyon, quel plaisir. Notre journée se termine à Anco la Esmeralda, un village charmant. Nous y rencontrons Elsira avec qui nous parlons de sa vie au Pérou. Nous dormons dans un hôtel sans confort ni service.

Rencontre du jour Elsira.

Quelques instants

Les chiens aiment le vélo d’Agnès

Jeudi 15 nous quittons notre village en direction de Ayacucho et nous retrouvons le canyon. Au Pérou les chiens aiment Agnès et son vélo. Elle s’est légèrement fait pincer par un chien qui s’est également attaqué à une de ses sacoches.

Ce soir nous dormons à Huanta et c’est la fête au village. Ce type d’évènement est agréable, le seul problème c’est qu’il y a beaucoup de bruit et il est difficile de dormir.

Vendredi après une grâce matinée, nous partons vers Ayacucho où nous arrivons en fin d’après-midi après un parcours sans encombre. Une ville charmante et tranquille que nous découvrons le samedi. Il y a 37 églises qui sont toutes pour la plupart fermées. La cathédrale présente un intérieur magnifique. 

Nous avons parcouru: 70km le lundi, 38 le mardi, 50 le mercredi, 66 le jeudi et 48 le vendredi.carte simplifiée du parcours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *