Quelle météo

Du lundi 13 au Mardi 21 septembre, de Lançon-Provence à Tarascon-sur-Ariège.

Les orages

Lundi 13 après dix jours chez Aurélie, Guillaume et Gabin c’est toujours difficile de s’en aller, mais nous voilà reparti. Nous prenons une photo de famille avant notre départ. Direction l’Océan Atlantique en passant par les Pyrénées. Il va falloir de nouveau grimper quelques cols et certainement voyager avec les aléas climatiques. 

Un début de semaine démente et quelle météo nous avons du affronter. De la pluie et des orages très violents qui nous oblige à un stop dans la ville de Lunel. Deux jours de déluge vont s’abattre sur les départements du Gard et de l’Hérault. 

Nous en profitons pour visiter le musée Médard dédié au peintre Jean Hugo l’arrière-petit-fils de Victor Hugo, qui a vécu à Lunel en toute simplicité pendant plus de 50 ans.

La fin de semaine nous voyageons toujours sous une météo instable et devons emprunter des routes encore inondées. A Montpellier les chutes de grêle ont été si intenses que l’on pourrait croire à des chutes de neige.

Le charme de l’arrière-pays

La suite du parcours sur les routes qui nous emmènent de Montpelier à Tarascon-sur-Ariège traversent une région magnifique avec de nombreuses gorges et zones viticoles. Nous longeons le grand lac de Salagou situé au nord de l’Hérault. Le cadre est reposant et bucolique et le relief dessiné par la nature est parfois surprenant, comme un miracle de la nature.

Le parcours nous amène dans les gorges des Corbières et le magnifique village de Lagrasse. Nous le traversons pendant la journée du patrimoine et nous pouvons voir que l’évènement attire les foules. 

Mardi après avoir traversé de nombreux villages isolés, dont Arques et Puivert. En général ils sont sans commerce. Nous rejoignons la ville de Tarascon-sur-Ariège sous la pluie, avec le vent et dans un froid glacial. L’hiver est-elle arrivée sans attendre l’automne ?

Nous avons parcouru 474 kms au cours de cette période, cliquez ici pour voir la carte du parcours

Mythiques

Du 26 août au 12 septembre de Bourg D’Oisans à Lançon-de-Provence

Ce jeudi 26 nous partons à la découverte de quelques cols Mythiques des Alpes, dont 4 au-dessus de 2000m. Aujourd’hui le Lautaret nous offre 40 kms de montée. Au final il nous paraitra beaucoup plus facile que nous le pensions. La route est très fréquentée mais le spectacle au sommet est magnifique. Nous terminons la journée à Briançon après une longue descente. C’est une jolie ville pour partie perchée sur un rocher. 

L’Izoard un second col qui est également Mythique. Son ascension est courte, 19km, mais ses pentes sont plus ardues. Au fur à mesure de la montée la végétation disparait doucement, la pente devient raide et elle est constante. Nous arrivons bien fatigués au sommet. Il n’y fait pas très chaud mais la récompense et la satisfaction de l’avoir gravi sont là, le spectacle est grandiose. La descente est très pentue mettant à rude épreuve les freins, mais le cadre est irréel, il n’y a aucune végétation. Au passage nous nous arrêtons devant la stèle dédiée à Fausto Coppi et Louison Bobet deux coureurs qui ont réalisé de grands exploits dans cette montée mythique. Une bien belle descente qui nous amène à Guillestre et pour la première fois dans notre voyage dans une auberge de jeunesse.

La série continue

Le col de Vars sera le troisième de notre série. Ses 8 premiers kms de montée sont proches d’un 10% continu, dur dur et ça n’avance pas vite. Au final une montée bien longue mais un cadre bien différent des deux premiers, ici beaucoup de verdure sur les pentes et un silence constamment perturbé par le cri des marmottes. Au sommet nous retrouvons Guillaume, Aurélie et Gabin qui nous ont rejoint en voiture et que nous retrouverons en fin de journée. La route du jour nous amène à Barcelonnette pour une journée de repos.

Dimanche repos et visite en voiture d’un col hors normes la Bonette. Nous sommes à 2800m et il ne fait vraiment pas chaud. Le spectacle est lunaire, aucune végétation et un grand silence.

Après cette journée de repos voici le dernier de la série, le col de la Cayolle, 27 kms de pentes assez douces sur une route très étroite. Une belle montée sous une température assez élevée. Notre ascension est accompagnée par le cri des marmottes, nous avons l’impression qu’il y en a partout mais impossible de les voir. Par contre un spectacle inédit s’offre à nous, 8 chamois entrain de courir et brouter sur les pentes de la montagne.

Quelle beauté ces gorges

Le jour suivant nous traversons les gorges Daluis c’est un spectacle de toute beauté. Nous traversons pas moins de 17 tunnels qui ont été creusés dans la roche. Ici pas de béton, ils sont bruts et ont certainement dû être compliqués à réaliser. Le cadre est assez unique et difficile d’imaginer que nous sommes dans les montagnes françaises. La route des gorges nous conduit au lac de Castillon au bout duquel a été construit un énorme barrage hydraulique. 

Au cours des trois jours suivants nous suivons les gorges du Verdon. Après une halte d’une nuit chez Éric et sa famille à Castellane, nous arrivons au lac du Verdon et nous dormons au bord de l’étendue d’eau à Sainte Croix du Verdon. Nous terminons notre semaine à Lançon de Provence chez Aurélie, Guillaume et Gabin où nous allons faire une pause d’une semaine. 

Nous avons parcouru pendant cette période 501kms et 7557 m de dénivelé positif. Cliquez ici pour voir la carte


Rencontres : 

  • Visite de Virginie, Éric, Nao et Tim à Castellane qui nous ont accueilli et hébergé dans leur maison
  • Une semaine de repos chez Aurélie, Guillaume et Gabin à Lançon de Provence village situé à quelques centaines de mètre de la base de la patrouille aérienne de France. 

Encore une chute

Du lundi 9 août au mercredi 25 août de Groisy à Bourg d’Oisans

Col

Lundi 9 au matin après avoir dormi dans le camping-car de Christian, ce dernier nous emmène déjeuner avec Léa et Lucas au col de Salève. La famille nous a préparé un déjeuner de roi. Le lieu est magnifique avec une vue imprenable sur la ville de Genève. 

Après ce bon moment passé ensemble nous partons vers Annecy. Une ville qui est vraiment jolie avec son lac, il y est difficile de circuler tant il y a des touristes. Nous longeons ce grand lac qui est le deuxième de France par sa superficie. Le cadre est sympathique et la route bien calme. Nous posons notre toile à Lescheraines au bord d’un plan d’eau. 

Mardi est le premier jour de montagne, nous gravissons d’abord le col du Painpalais pour une mise en jambe avant d’attaquer celui du Granier, une ascension de 15km. Une belle montée avec des pentes courtes mais accentuées. Il fait très chaud mais heureusement nous sommes dans la forêt. C’est un plaisir de se promener dans ce cadre merveilleux. Nous terminons notre journée dans le village de St Pierre d’Entremont au pied des falaises. 

Heureuses retrouvailles


Mercredi nous continuons notre route vers Grenoble en passant par le col du Cucheron avant de terminer par celui de Porte souvent parcouru par le Tour de France.  Nous terminons chez Émilie et Stéphanie qui nous avions connu en Amérique du Sud et qui nous accueillent dans leur maison pour quelques jours. Que c’est agréable ces retrouvailles.

Jeudi Émilie nous fait découvrir le monastère de la grande Chartreuse. Une construction bien imposante dans les montagnes. L’intérieur ne se visite pas sauf autorisation spécifique. La Chartreuse est une liqueur forte et pourtant très appréciée. 

L’idée saugrenue et c’est la chute

Lundi 16, après quelques jours de repos nous reprenons notre route vers le Sud. Nous traversons Grenoble ville de vélos où les pistes cyclables sont très nombreuses. Une journée bien calme que nous terminons à Bourg d’Oisans ville de départ de la route de l’Alpe d’Huez. Parfois les choses ne se passent toujours comme nous souhaitons. Suite à une glissade dans un torrent, je me suis légèrement blessé à une côte et une douleur rend difficile le pédalage en montagne. Nous restons donc dix jours à Bourg d’Oisans en attendant des jours meilleurs. Pendant cette interruption nous découvrons la station de l’Alpe-d’Huez et ses activités dont une présentation de la patrouille de France.

Rencontres :

  • Stéphanie et Émilie avec qui nous avions roulé lors de notre voyage en Amérique du Sud. 
  • Jérôme qui a eu la gentillesse de me véhiculer sur quelques kms depuis Grenoble.

Nous avons parcouru seulement 202 kms pendant cette période. Cliquez ici pour voir la carte du parcours.