Vendredi 8 juillet Avignonet-Lauranguais – Carcassonne

Vendredi 8 juillet 2016 Avignonet-Lauranguais Carcassonne.

L’étape d’hier ayant été particulièrement longue, la nuit plus courte rapport au match de football qui s’est terminé tard. Ce matin nous sommes partis à 9h00 avec pour objectif rejoindre Carcassonne.

Il a plu pendant plus de deux heures cette nuit, le rangement du matériel s’est fait mouillé et la température du matin est de 16°C, c’est assez frais. Mais ils annoncent 32°C dans la journée. Ca y est nous voyageons avec les températures du sud.
Hier soir nous nous sommes arrêtés au point le plus haut du canal du midi. C’est la ligne de partage des eaux d’un côté l’eau part vers l’atlantique, de l’autre vers la méditerranée. A partir de Naurouze le canal descends, ce qui devrait être encore plus facile pour rouler. C’est également à cet endroit que le canal est alimenté par l’eau de la montagne noire.

Nous roulons une partie de la journée avec une famille de trois personnes qui emprunte la même direction que nous. Le paysage change dans cette partie du canal, où l’on rencontre de plus en plus de bateau qui y naviguent à 8km/h maximum. Le large chemin sur lequel nous avions roulé auparavant c’est largement rétréci. Il n’y a plus de bitume mais de la terre, des cailloux et des racines. Le chemin est si étroit que lors des croisements de cycliste il faut descendre de vélo au risque de tomber dans le canal. La configuration du chemin demande une grande concentration, il arrive parfois que certains cyclistes par inattention chutent dans le canal.

Aujourd’hui nous sommes rentrés dans le département de l’Aude.

J’espère qu’Agnès qui a déjà chuté à plusieurs reprises ne tentera pas l’impossible. Je n’ai pas envie de plonger dans cette eau trouble du canal pour sauver le vélo et sa propriétaire.

L’étape nous amène à Castelnaudary capitale du cassoulet mais comme nous passons à 10h du matin il est trop tôt pour déjeuner. Petite Ballade en ville puis nous repartons vers notre direction. Le centre-ville est assez jolie mais à vélo ça grimpe pas mal.

Les dix derniers kms avant d’arriver à Carcassonne sont difficiles, la petite piste est de plus en plus bosselée et avec de nombreuses racines. Nous finissons par arriver vers 14h, pour nous installer au camping municipal de grand standing.

Visite de la vieille cité de Carcassonne, autant vous dire que si vous n’aimez pas la foule il faut renoncer à la visite. Le cadre de la cité est très joli. Pour l’histoire la cité de Carcassonne a été restaurée par Viollet-le-Duc au 19eme siècle, aujourd’hui elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais comme tous ces lieux riches en histoire, c’est également très touristique et il ne faut pas avoir peur de la foule.

Aujourd’hui nous avons parcouru 66kms sous une température assez élevée.

Le saviez-vous : entre Toulouse et Agde on dénombre 63 écluses sur les 240 kms du parcours. Dans la première partie du canal entre Bordeaux et Toulouse toutes les écluses sont automatiques sans intervention humaine. A partir de Toulouse et tout le long du canal du Midi, à chaque écluse, la manœuvre est faite manuellement par un éclusier employé des Voies Navigables de France (VNF)

Jeudi 7 juillet Montech – Avignonet-Lauraguais

Jeudi 7 juillet 16 Montech – Avignonet-Lauraguais

Comme hier la chaleur est annoncée pendant la journée, pour cela départ à 7h45 à la fraicheur. L’objectif du jour visiter Toulouse et s’arrêter dans un camping situé à environ 20 kms après la ville.

Après une vingtaine de kilomètres nous faisons une halte dans un village appelé Grisolle, plutôt calme et bien sympathique. Le café où nous nous arrêtons est typique et ancien, il pratique encore des prix peu onéreux (pour exemple le café est à un euros).

Arrivée à Toulouse place du Capitole en fin de matinée, promenade en ville. Le surnom de ville rose est bien mérité, certaines rues sont mêmes rouges, en relation avec les constructions qui sont en briques rouges. C’est une belle ville, noir de monde dans ses rues piétonnes. Le cadre est agréable et comme il fait beau tous les ingrédients sont réunis pour apprécier. Je ne connaissais pas le capitole, mais nous sommes vraiment dans quelque chose de très particulier. La place est grande et rectangulaire, tous les bâtiments sont roses rouges, difficile de déterminer la couleur exacte, en tout cas cela mérite la visite.
Nous nous mangeons en terrasse  d’un restaurant à l’ombre des parasols, que du bonheur. La pause est assez longue et nous repartons vers 14h.

Nous traversons la banlieue de Toulouse en longeant le canal, quelle surprise de voir un peu partout des cabanes en bois qui sont des logements insalubres pour les SDF. Nous y croisons même une petite cabane qui s’appelle la ferme où l’on trouve : poules, coq, chèvres et lapins, surprenant de trouver ce type d’élevage en ville.

Un changement également sur le canal situé en banlieue sud de Toulouse, on y trouve sur des kms des péniches accostées à la berge, pour la plupart elles servent d’habitation à l’année et ne bougent jamais de leur emplacement. On en voit même qui ont tout simplement coulées et qui pourrissent sur place.

La navigation sur le canal à partir de Toulouse est plus dense. Je m’arrête pour discuter avec un couple de Suisse qui navigue sur le canal. Ils sont partis depuis plus de deux ans et naviguent sur tous les canaux de France et en Europe, il prévoit de rentrer chez eux dans deux ans (voir photos).

Il y a des jours ou tout ne va pas pour le mieux, nous loupons le camping où nous devions passer la nuit et résultat nous parcourons 20 kms supplémentaires, heureusement le parcours se passe à l’ombre des platanes et sur un dénivelé très faible.

Dans un virage Agnès se couche dans les épines, manque d’attention ou fatigue (peut-être les deux), plus de peur que de mal.

Nous nous arrêtons à Avignonet-Lauraguais au camping municipal au bord du canal. Et ce soir football France Allemagne dans l’unique café Pizzéria du village à Avignonet-Lauraguais. Le serveur du jour s’appelle Kévin, il a 12 ans. Ce n’est pas l’ambiance de Bordeaux mais en local dans ce petit village c’est plus plutôt sympathique et bon enfant.

Au final aujourd’hui nous avons parcouru 97 kms, nous sommes entrées dans le département de la Haute-Garonne.

Le saviez-vous : le canal du midi commence à Toulouse.

Mercredi 6 juillet Boé – Montes

Mercredi 6 juillet 2016 Boe (près d’Agen) – Montech

Aujourd’hui le départ se fait plus tôt (7h45), dû à la température annoncée (supérieure à 30°C pendant la journée). Nous continuons notre avancée sur le canal des deux mers. Entrée dans le département du Tarn-et-Garonne, le parcours est plus agréable. Une petite halte à Golfech, ou il n’y pas grand-chose à voir, à part la centrale nucléaire. Ça me rappelle le boulot quand je travaillais à EDF, eh oui il faut que je parle au passé maintenant (clin d’œil aux collègues de Cordemais que me lirons).

Deuxième halte à Valence-D’agen, jolie petite ville avec une belle place centrale et une jolie église.

Nous reprenons notre chemin le long du canal pour un arrêt à Moissac. Lieu de passage de tous les pèlerins qui sont sur le chemin de st Jacques de Compostelle. Il y a déjà dix siècles que les pèlerins empruntent ce chemin en passant par Moissac

L’abbaye de Moissac fût construite à partir du 7eme siècle et achevée au 15eme. Elle est classée au patrimoine de l’Unesco. Le cloître que nous visitons est magnifiquement conservé. L’abbaye a failli être détruite pour que le chemin de fer puisse passer dans Moissac. Seules les cuisines en ont fait les frais, ce qui fait qu’aujourd’hui le train passe à quelques mètres de l’abbaye. Mais comme il n’y a plus de moines à l’abbayes cela ne perturbe personne et il n’y a plus besoin de cuisines.

L’église est également magnifique avec une particularité les murs sont peints. Elle possède également un magnifique orgue du facteur Aristide Cavaillé-Coll. Il aurait été dommage de rater la visite de l’abbaye avec son église.

Après ce long stop à Moissac quelques courses pour pique-niquer au bord du canal. La température est d’environ 32°C et ça va être dure de rouler sous cette chaleur. Stop au camping municipal de Montech et ce soir match de foot Pays de Galles – Portugal.

Particularité de Montech sur notre parcours, il ont inauguré en 1974, « la pente d’eau de Montech » un système ingénieux qui remplaçait pas moins de 5 écluses et faisait gagner du temps pour le franchissement des dénivelés sur le canal. Le système a cessé de fonctionner en 2009 suite à une panne et faute de budget, tout est à l’abandon depuis cette période. La machine est toujours en place et les plus optimistes espèrent que cela sera remis en service un jour.

*Le saviez-vous : la construction du Canal du Midi fut autorisée par Colbert en 1666 et supervisé par Pierre-Paul Riquet autodidacte. L’eau qui alimente le canal provient de la montagne noire.

Aujourd’hui nous avons parcouru 66 kms.

Mardi 5 juillet La Réole Agen

Mardi 5 juillet 2016 Réole – Agen

La soirée de la veille s’est terminé par une découverte de la ville de Réole. Peuplée d’environ 4000 habitants, la ville présente de nombreux logements abandonnés et vétuste. Située au bord de la Garonne elle possède de nombreux monuments historique dont une ancienne abbaye.

Nuit tranquille au camping au bord de la Garonne, par contre réveillés assez tôt par la circulation sur le pont de la Rouergue qui est un passage obligé et donc très fréquenté.

Départ à 8h00 sous un ciel gris et une température de 15°C, il ne fait toujours pas très chaud, espérons que cela va s’arranger. Nous atteignons assez facilement le canal des deux mers. Le parcours est ultra plat, à l’exception des passages de ponts qui sur quelques mètres présentent un dénivelé supérieur à 8%, ce qui vaudra à Agnès de se coucher sur côté pour avoir essayé de monter avec le grand plateau. Le cadre est magnifique et calme, par contre rouler sur d’aussi longues distances devient monotone.

La navigation sur le canal est faible, sur 80km nous avons croisé 7 bateaux entrain de naviguer. Le canal passe assez loin des villages, obligeant à trop de détours pour les visiter.

Pour la petite anecdote, j’ai discuté avec une dame de 81 ans qui faisait du canoë sur le canal et tenez vous bien, elle naviguait sans gilet de sauvetage. J’espère que c’est une ancienne championne de natation et qu’elle conserve encore quelques restes qui lui permettrait de nager jusqu’à la rive.

Petit arrêt dans un musée de la « mémoire paysanne ».

Nous passons sur des ponts canal et en particulier celui d’Agen qui assez impressionnant. En clair le canal des deux mers enjambe la Garonne, il s’agit d’un bel ouvrage d’art.

Petite visite de la ville d’Agen, que nous connaissons déjà, comme il y a du soleil les terrasses sont bondées ainsi que la rue piétonne. Nous somme interpellés par une factrice qui nous demande si nous avons besoin  de quelque chose. Elle en profite pour nous raconter ses voyages en Afrique et en Amérique du sud à vélo, un moment intéressant.

Pas de camping à Agen, les chambres d’hôtes proches du parcours sont complètes, ce qui fait que ce soir nous nous installons à 8kms après Agen dans le parc d’une base nautique qui fait office de camping. Les conditions sont assez spartiates avec une seule douche et un robinet d’eau froide pour la vaisselle heureusement le cadre est agréable et nos voisines de toiles aussi.
Aujourd’hui nous avons parcouru 86 kms, sous une température de fin de journée qui était de 27°C.

Demain direction Moissac.