Iran un pays accueillant

Un iranien à la setar

Newsletter N°14

Du mercredi 10 août au Dimanche 4 septembre, de Tabriz à Téhéran

Un choc culturel et découverte de la ville de Tabriz

Après une semaine en Iran, nous nous habituons à la vie du pays. Le choc culturel a été grand. L’Iran un pays accueillant, c’est vraiment une réalité.  Dans la rue nous sommes entourés de gens trés détendus qui vivent sans précipitation et toujours prêts à vous aider.

A Tabriz, ville située au Nord-Ouest du pays, nous parcourons le grand bazar. Comme toujours dans ces lieux il y a énormément de monde et tout s’y vend. Chaque travée est spécialisée dans un domaine, si vous vous trouvez dans celle où l’on vend des bijoux, vous n’y trouverez rien d’autre.

Nous découvrons également les mosquées, ces bâtiments en général recouverts de faïence bleue et turquoise. La ville étant située dans une zone sismique, de nombreux bâtiments historiques portent encore les stigmates de tremblements de terre, telle la mosquée bleue qui a perdu un peu de ses couleurs.

Une route vers la mer Caspienne

Vendredi 12 août nous quittons Tabriz, direction la mer Caspienne. Un départ assez difficile, nous devons franchir une petite montée de 41 kms. Après trois jours de traversée de zones désertiques, nous atteignons Ardabil. Dans ces endroits peu touristiques, l’accueil est formidable, la population s’inquiète en permanence si vous avez besoin de quelques choses et comme toujours veut vous offrir boisson ou nourriture. La ville abrite le Mausolée du Sultan Cheikh Safi ad-Din. Le lieu est magnifique et on y trouve également de jolies porcelaines.

La mer Caspienne

Mardi 16 août, avant d’arriver au bord de la mer Caspienne. Nous descendons la vallée qui nous emmène à Astara, 2500m de dénivelé négatif sur 40 km. Une descente assez vertigineuse dans un cadre magnifique. Les camions surchargés descendent au ralenti tellement la pente est importante. Nous sommes dans une zone tempérée et la verdure est abondante, en hiver la neige recouvre la montagne et les Iraniens viennent y skier. Au bout de la descente nous découvrons enfin la mer Caspienne et la ville d’Astara. 

Pendant une semaine nous pédalons le long de ses côtes. Nous y croisons surtout des touristes Iraniens et quelques Irakiens, pas de touriste Européen. Le seul attrait de cet endroit est la mer. Lorsque nous arrivons dans les petits hôtels, nous sommes toujours accueillis avec ferveur et parfois en VIP et bénéficions des meilleurs services. C’est une situation agréable mais parfois dérangeante. Pour exemples, dans un petit hôtel appelé Gilaria, le patron nous a emmené visiter la région en voiture et offert le repas. Avec ces petits gestes ont peut définitivement dire « Iran un pays accueillant ».

La vallée de Chaloos, une situation incroyable

Après cinq jours nous atteignons la vallée de Chaloos. Nous allons devoir passer un col situé à 2700m, avec une montée de 80km. Dans cette vallée nous allons être confrontés à une chose incroyable. En Iran, il arrive que lorsque la circulation est trop importante sur une route à double sens, les autorités décident pour quelques heures de la mettre à sens unique. Alors que nous roulions depuis plus de 25 kms sur cette route à double sens et sans être prévenu celle-ci a été mise à sens unique et nous nous sommes retrouvés face à un flot de voitures. En plus de la peur que nous avons eu, il a fallu marcher sur le côté de la route pendant plusieurs kms afin d’éviter l’accident. Nous mettrons finalement deux jours pour arriver en du haut col.

Téhéran

Samedi 27 août, nous arrivons dans Téhéran. Une ville aux immenses avenues, une circulation démentielle avec des véhicules qui sortent de partout dans le bruit assourdissant des klaxons. Nous parcourons 40 km dans Téhéran en alternant les routes et les trottoirs où circulent également les motos. Nous découvrons une ville assez atypique, un flot de voitures et motos permanent et un nombre de taxis inimaginable. Ici quelques minutes et vous avez votre taxi officiel ou non.

Une ville toujours en mouvement avec une activité commerciale impensable . 
Nous nous installons dans une auberge de jeunesse en attendant notre vol vers la France.
Le métro est un tranport rapide et économique. Nous visiterons l’ancien village Darbanb situé dans les montagnes, un endroit très touristique. La mosquée de l’Imam Zadeh Saleh, comme toujours aux couleurs bleue turquoise et un intérieur à la décoration très soignée. Le palace de Golestan et bien sûr le grand bazar, lieu incontournable. Un marché couvert de 10 km2 au milieu de la ville. Vous y trouvez tout même l’impensable. Une fourmilière humaine où des centaines de jeunes adolescents s’activent à transporter les marchandises sur des petits chariots.

Le saviez-vous 

La mer Caspienne est une mer fermée qui donne accès à 5 pays. Azerbaïdjan, Russie, Kazakhstan, Turkménistan et Iran. Son niveau a baissé d’1,5m depuis 20ans et elle a reculé d’environ 200m.

Rencontres et quelques visages

L’Iran, un pays accueillant est forcément un endroit où l’on fait beaucoup de rencontres.

Nous rencontrons un cycliste Allemand Freech, il voyage sans destination définie et particularité sans téléphone. Un voyageur que nous écoutons avec admiration. 

Alexandro, patron de l’hôtel Aseman à Kelachay. Il a été 30 ans diplomate pour l’Iran.

L’équipe de la Pizzéria Melli à Ardabil qui nous a offert une pizza. Elle était sans doute la meilleure que nous avons mangé en Iran.

L’équipe de l’hôtel Gilaria.

Ou sommes-Nous

Pendant ces 21 jours nous avons parcouru 961 kms. Vous pouvez retrouver le parcours final sur la carte ci-dessous.

Voir en plein écran

Fin du voyage

Après 31 jours en Iran et 5 mois sur les routes, notre voyage 2022 se termine à Téhéran. Y reviendrons-nous un jour ? Peut-être pour découvrir la fin de la route de la soie qui va jusqu’en Chine. Il faudra attendre pour avoir la réponse.

8 réflexions sur « Iran un pays accueillant »

  1. Bravo à vous deux, vous nous avez fait douter lors de votre passage à la maison.
    Vous l’avez fait et sans problème.
    Bravo à vous deux.
    Mauricette et Jean Sylvain

    1. Avec un peu de retard, bonjour Mauricette et Jean-Sylvain.
      Un nouveau périple qui s’est achevé en Iran. En effet les frontières des pays suivants sont encore difficiles à franchir. Espérons que cela soit possible l’année prochaine.
      Merci pour votre message ça fait plaisir, surtout que nous parlons régulièrement de vous suite à notre rencontre d’un soir.
      Toute notre amitié
      Jean-Claude Agnès

  2. Thank you for all the wonderful pictures and information over your 5 month adventure. You two are true explorers! I admire your ambitions and successes.

    1. Helo Tom and thank you for your message.
      A travel already finish. We have stopped in Iran. We hope come back, next year in order to go in China from Teheran.
      How are you ?

      Best wishes Jean-Claude

  3. Bonjour Agnes et Jeanclaude Vos rapports ont été très intéressants. C’était toujours agréable d’avoir de vos nouvelles. Je suis étonné de voir jusqu’où vous êtes arrivés. Vous avez vécu beaucoup de choses. Pourquoi cela n’a-t-il pas fonctionné jusqu’à la frontière chinoise ? Nous sommes de retour en France après l’Espagne et le Portugal et nous serons à la maison en Suisse dans une semaine. Jusqu’à présent, nous avons parcouru 7500 km lors de notre visite. Nous apprécions beaucoup notre visite, mais elle est très confortable par rapport à la vôtre. Salutations Rita Sandor

    1. Bonjour Rita et merci pour ce message.
      Nous avons décidé de stopper à Teheran, car la frontière chinoise est toujours fermée et l’entrée au Tajakstan n’est pas simple non plus. Nous avancions vers l’hiver et les conditions hivernales au Tajakistan ne sont pas faciles au vu de l’altitude.
      Nous espérons revenir en 2023,
      Jean-Claude Agnès

  4. Merci beaucoup à vous deux et encore bravo pour votre parcours de plus de 7000km, ça à l’air plus sympa que le mode tout électrique.
    Un grand respect, et 5 crevaisons, chapeau !
    Merci aussi pour les stats.
    Cordialement

    1. Bonjour
      Merci pour votre message.

      Au plaisir de parler de vos aventures à venir
      Jean-Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 15 =