Mercredi 17 Janvier La Union – Frontière du Honduras

Mercredi 17 janvier

Dernier jour au Salvador. Départ aux aurores pour parcourir 80km, et ne rester que deux jours au Honduras. A partir de samedi 20 janvier le Honduras se met en grève et envisage le blocage de toutes les frontières.

Nous arrivons à la frontière après trois heures de vélo et un vent terrible de face. Au vu de la force du vent, nous décidons de nous arrêter après la frontière. Nous passons tranquillement les deux frontières, les formalités sont très rapides et simples. Nous en profitons pour faire un changement de monnaie : le Honduras utilise la « Lempira ».  L ‘hôtel du poste frontière est dans un état déplorable, nous cherchons un autre hébergement et nous finissons par en trouver un chez un particulier. Il n’y a pas d’eau dans la douche mais nous nous accommodons.

Installation tranquille en attendant demain nous allons finir la journée et passer la nuit au poste frontière. La maison où nous sommes installées est assez simple mais les propriétaires sont sympathiques. Le vent va souffler toute la nuit, mais au petit matin miracle il s’est en partie calmé.

Fait marquant du jour :

  • -Entrée au Honduras
  • Changement de nos Dollars en Lempiras
  • Informations Salvador : un pays de 9 millions d’habitants dont environ 3 millions travaillent en dehors du pays et pour la majorité aux Etats Unis. Capitale du Salvador : San Salvador. Ce pays est le plus dangereux du monde, avec le taux de meurtres par armes le plus élevé du monde au prorata de la population. Pour notre part nous avons évité la capitale par mesure de sécurité. Nous n’avons pas connu de problème avec la population, mais on sent quand même par moments une certaine hostilité.

Mercredi 17 janvier 2018

Mardi 16 janvier El Carao (José Garcia) – La Union

Mardi 16 janvier 2018

Après une journée de repos chez José, nous repartons vers la Union, ville située au bord du pacifique à 40km de la frontière du Honduras. Le parcours du jour ne présente aucune difficulté et la configuration nous oblige à nous arrêter après 42km.  Après il y a une zone sans hôtel pendant plus de 40km. Et ici la règle pour des raisons de sécurité est de ne pas rouler après 15 voir 16h.

La Union un village de pêcheurs qui ne donne pas un sentiment d’être en sécurité, toujours beaucoup de gardiens en arme. L’église néanmoins est assez jolie, avec ses coupoles dorées. Le port de pêcheur présente une grande jetée où il fait bon se promener. Par contre au vu de l’état du port il est évident que pour la baignade il faudra attendre un peu plus tard.

Pas de fait remarquable aujourd’hui. Nous allons passer la nuit à l’hôtel Porto Bello, le seul correct que nous ayons trouvé. Nous en avons visité un second qui ne porte pas de nom spécifique, mais qui est dans un état lamentable, en France il serait fermé, même une personne SDF n’y dormirait pas. Ici les chambres sont petites et comme la nuit nous avons un peu peur pour les vélos, nous les rentrons avec un peu de mal dans les chambres.

Mardi 16 janvier

Journée repos Lundi 15 janvier

Lundi 15 janvier 2018

Aujourd’hui journée repos, cela ne veut pas dire grasse matinée. Nous logeons chez José en pleine campagne. Nous nous levons vers 6h30 pour prendre un bus. Aujourd’hui visite de San Miguel, une des plus grandes villes du Salvador avec près de 250 000 habitants. La ville située à l’est du pays se trouve près du volcan qui porte le même nom. La dernière éruption date de décembre2016. Il est peu actif mais en permanence s’échappe des fumées acides.

On en profite également pour envoyer un paquet en France. Nous avons décidé d’alléger les sacoches des vélos. Pour ceux qui pensent que la poste française fonctionne mal, eh ! Bien je vous invite à venir au Salvador. Après au moins quatre guichets différents et plus de trois heures nous avons pu enregistrer notre paquet. Ici il ne faut pas parler de rapidité.

On en profite également pour acheter un nouveau rétroviseur pour le vélo d’Agnès. Ce dernier s’est cassé après un choc.

Visite également des plages près de Cuco, immenses plages sans personne. Fin d’après-midi tranquille avec un repas à la française : spaghettis avec sauce tomates, c’est agréable de préparer sa cuisine, dommage ici il n’y a pas de Thermomix.

Côté santé : toujours avec un rhum, même par 35°C.

Faits marquants du jour :

  •  renvoi de 6 kg de bagages en France
  • découverte de la poste Salvadorienne
  • utilisation des transports public
  • premier jour de cuisine française