GUAZACAPAN – frontière du Salvador

Mardi 9 janvier

Nuit confortable à l’hôtel, malgré le bruit incessant des camions.

Exceptionnellement le petit déjeuner est inclus dans le prix de notre chambre. Nous en profitons pour manger et boire un maximum pour charger les batteries. Départ vers 7h45 sous un beau soleil et une température de 24°C. L’objectif du jour est d’atteindre la frontière du Salvador. La route est en mauvaise état mais heureusement il y a très peu de circulation. Les champs de cannes à sucre ont disparu pour laisser la place aux pâturages, avec des vaches bien maigres. Il fait chaud et il y a beaucoup de fumée. En effet les guatémaltèques mettent le feu aux haies pour brûler les mauvaises herbes et en même temps les ordures qui se trouvent dans les fossés, bonjour l’environnement.

Après 3h30 environ nous arrivons à la frontière du Salvador. Il y a une activité débordante, avec des files de camions partout. De façon évidente cela manque beaucoup d’organisation. Pour nous le tampon de la douane du Guatemala prend 5minutes, et côté Salvador il n’y aura pas de tampon. La seule formalité est la déclaration des vélos et des bagages qui est assez longue.

Une fois franchie la frontière, nous nous renseignons pour savoir où trouver un hôtel. Le seul qui se trouve au poste frontière est tellement près de la route qu’il y sera impossible de dormir vu le bruit ambiant.

Après renseignement auprès d’un douanier, ce dernier m’indique un auto-hôtel à environ 2km, comme à chaque fois, il faudra parcourir 5km avant de voir l’hôtel, ici ils n’ont pas la notion des distances, et quand on est à vélo et qu’il fait très chaud la distance à de l’importance. On fini par trouver l’hôtel, il est situé au milieu de nulle part et sans Wifi, ce soir nous dormirons de bonne heure. Le seul problème au Salvador les auto-hôtel font maison de passes dans la journée. Et pour cette raison tu ne peux pas avoir de chambre avant 17h, sinon tu paies un supplément à l’heure. Il nous faudra patienter 3h avant d’avoir la chambre. Il est clair que ce soir nous dormirons dans un hôtel de passes. Ici une nuit d’hôtel coute 40$, après négociation nous paierons 20$. Au Salvador la monnaie locale a été remplacée par le $ américain

Fait marquants du jour : première nuit dans un hôtel de passe.

Statistiques 9 janvier

 


Patulul – Guazacapán (une portion en bus)

Lundi 8 janvier.

La journée s’annonce compliquée, car nous allons devoir utiliser un bus sur une portion d’autoroute trop fréquentée par les camions. Au Guatemala, les vélos sont autorisés sur les autoroutes mais ici cela me semble vraiment dangereux.

Départ à 8h00 de l’hôtel après un petit déjeuner local. Nous roulons pendant six kilomètres avant de prendre un bus. Les vélos vont sur le toit du bus et les bagages dans le bus. Il faut faire très attention sinon tu finis le parcours avec des bagages en moins. Pour cette fois tout se passera bien. Néanmoins à l’arrivée dans la ville d’Escuintla, il y a un trafic inimaginable et le chauffeur de bus de me dit de faire très attention. Le seul problème c’est qu’une personne me donne les vélos tandis que le bus avance toujours, et nous nous retrouvons avec les vélos et les bagages un peu éparpillés, heureusement au final tout se passera bien.

Ensuite départ pour 3h de vélo en direction du Salvador. Mais aujourd’hui ce que nous n’avions pas imaginé, c’est qu’il n’avait pas d’hôtel sur le parcours et une chaleur qui atteindra 42°C vers 13h.

Agnès qui ne s’est pas correctement alimenté ressent un gros coup de fatigue au bout de 45km. Nous nous arrêtons pour reprendre des forces mais la chaleur est exténuante. Au final la police arrive pour discuter avec nous et nous propose de nous amener à l’hôtel qui se trouve à 9km. En résumé aujourd’hui 45km de vélo, 60 de bus et 9 dans le véhicule de la police.

La région traversée aujourd’hui ne présente pas un grand attrait touristique. Des champs de canne à sucre à perte de vue, et en toile de fond les volcans.

Ce soir nous dormons dans un hôtel confortable, propre et avec une douche froide.

Demain changement de plan : départ vers 7h30 pour rouler seulement avant la chaleur. 

Statistique 8 janvier

Adieu San Pedro, Adieu à la Famille Mendez, première étape.

Vendredi 5 janvier après un discours d’adieu, nous allons quitter l’école San Pedro.

Samedi 6 janvier journée calme, avec la soirée qui se termine au restaurant ou nous avons invité professeurs et la famille d’hébergement. Le service du restaurant fût exécrable.

Dimanche 7 janvier : 8h00 du matin nous quittons La famille Mendez, Lety et Luis se sont levés tôt pour nous préparer un petit déjeuner. Merci à la famille Mendez, chez qui nous avons passé un long séjour de plus de deux mois.

Premier tour de roue pour rejoindre un bâteau qui traverse le lac Atitlan pour nous amener à Santiago Atitlan, où nous allons commencer à rouler.

La prévision du jour est de rouler jusqu’à 13h maximum. Les 15 premiers km sont assez difficiles avec quelques courtes pentes à 17% et ensuite une longue descente de 30km vers le pacifique. Pas de point particulier, si ce n’est que la température au GPS annonce 37°C; et que le volcan fuego crache la fumée. Aujourd’hui nous nous arrêtons à Patulul, ville bruyante et qui n’a pas d’intérêt touristique. Demain nous prendrons le bus sur 60km pour prendre une autoroute, ceci sur les conseils insitants de la police.

Rencontre avec les pompiers de Patulul, qui nous propose de camper dans leur caserne. Vu la température nous déclinons gentiment.

Domingo 7 de enero de 2018. 

Dejamos San Pedro y la famila Mendez. Agradecemos la familia por su bienvenida y disponibilidad durante 2 meses. También Gracias Lety por el ultimo desayuno. Hoy es el primer día en bicicleta. Vamos de San Pedro a Patulul. 37°C es la temperatura en la carretera. Hoy encontramos una porción de carretera con porcentaje de 17% y una bajada de 30km. A la tarde somos a Patulul y mañana tomaremos una camioneta durante 60km porqué hay una autopista peligrosa y la policía nos aconsejamos de evitar la en bicicletas.

Statistique du 7 janvier