Un peu de tranquilité

Mardi 6 / Mercredi 7 novembre.

Nous passons la nuit à Puerto Jimènez dans un petit hôtel tranquille. La douche est froide, mais nous retrouvons cette configuration dans quasi toutes les hôtels. La ville est le point de départ pour les treks et visites d’une autre partie du parc du Corcovado. Malgré que l’on puisse y croiser des touristes, la ville ne présente pas un intérêt touristique particulier. Beaucoup de petits restaurants et hôtels plus ou moins chers. La ville présente tous types de commerces nécessaires à la vie de la population.

Pour nous cette ville est une étape de transition, nous sommes ici pour prendre un bateau pour traverser la baie et se rendre à Golfito.

Golfito est une ville de bord de mer et pour les voyageurs une étape vers le Panama. La mer ici est utilisée par les pêcheurs, mais on peut également y voir des dauphins . La ville construite un peu en hauteur est agréable à visiter. On y retrouve comme dans beaucoup d’endroit en Amérique centrale ces couleurs chaudes et agréables à regarder.

Journée sans vélo. Pas de rencontre significative.

Mercredi nous partons de Golfito vers 7h toujours afin d’éviter les chaleurs du milieu de journée. Ici nous sommes en hiver mais il peut faire jusqu’à 40°C avec un taux d’humidité de 80%. Ici il y a deux saisons été et hiver. La saison d’été commence vers le 15 novembre et se termine vers fin janvier, durant cette période il pleut moins et les températures sont légèrement plus chaudes.

Aujourd’hui nous roulons sur la Panaméricaine, il y a beaucoup deGcirculation et pas de bande d’arrêt d’urgence où en générale des vélos peuvent rouler. Au Costa Rica la vitesse est limitée à 80kms/h sur les nationales mais personne ne la respecte. En clair la même règle qu’en France.

Aujourd’hui nous commencons une série d’étapes de transition. Arrive bientôt le Panama, le pays le moins touristique de l’Amérique centrale.

Nous dormons dans la petite ville « Ciudad Neily », à l’hôtel Kristel. Un petit hôtel agréable, accueillant et des gens à votre disposition. Ce n’est pas toujours le cas au Costa Rica.

Rencontre significative du jour : à la table d’un café discussion avec deux officiers de la police judiciaire.

Nous avons parcouru 38km sous le soleil.

Statistique mardi 7 novembre

En direction de la route de l’impossible

Lundi 6 novembre 2018

Aujourd’hui la route devrait nous amener à Puerto Jiménez. Départ assez tôt pour éviter la chaleur et affronter deux grosses montées que les locaux nous déconseillent. Nathanael, un canadien à vélo, nous accompagne pendant quelques jours. La première partie se fait sur un chemin de terre et de pierres et après 5 kms avec une forte montée sur 3 kms (jusqu’à 22%). Pendant le premier km, nous suons à très grosses gouttes. Malgré notre bonne volonté nous finissons par demander de l’aide à un pickup. Il va nous transporter pour nous éviter une partie de la montée et nous déposer au sommet pour que nous puissions apprécier la grosse descente.

Traversée à gué de cinq petites rivières, c’est plutôt agréable. Pour l’une d’entre elles un tractopelle va nous aider, le courant risquant de déstabiliser les vélos. Au total, nous roulerons pendant 30kms au milieu de la forêt, le cadre est magnifique. Ensuite nous rejoignons la route bitumée qui va nous amener sans encombre à Puerto Jiménez. Ville située au bord du pacifique, point de départ de trek dans le parc du Corcovado.

 Une journée sans pluie avec une température de 40°C. 

Nous avons parcouru 51kms

Rencontre significative du jour : un caïman et un crocodile dans une petite rivière où nous nous étions arrêtés.

Vidéo : Un petit tour dans la jungle

Statistiques lundi 5 novembre 2018