Découvrir Celendin

Découverte de la ville de Celendin du mardi 21 mai au mardi 4 juin.

Agnès devant observer un repos complet pendant deux semaines, je vous propose une visite approfondie de la ville de Celendin au Pérou.

Drôle d’élevage

Aujourd’hui je visite un petit élevage de cochons d’inde. Lucy la propriétaire m’a ouvert les portes de sa maison, ses animaux se trouvent au rez-de-chaussée. Il y en a environ 700 qui courent partout. Le chiffre peut dépasser les 1000 à certaines périodes. Son commerce fonctionne bien et elle peut en vendre jusqu’à 100 dans une journée. Cette viande est très appréciée au Pérou et elle se mange cuite au barbecue. 

Ça travaille du Chapeau

Mardi j’ai rendez-vous avec un vendeur de chapeaux, malheureusement son magasin est fermé, il a dû m’oublier. Au hasard des rues je rencontre trois femmes, dans trois maisons différentes, en train de fabriquer des chapeaux. Il n’existe pas d’usine de fabrication, les femmes les fabriquent à la main chez elle. Il faut de 1 à 3 semaines pour en réaliser un et le vendre entre 20 et 200 soles, suivant la qualité de réalisation, soit au maximum 50€. Cela demande 8 à 10 heures de travail par jour et amène énormément de troubles physiques aux personnes. En Europe nous appelons cela les troubles musculosqueletiques. Les personnes rencontrées me disent que de toute façon ici il n’y a pas de travail, c’est une manière de gagner un peu d’argent pour survivre.  La port du chapeau est une tradition pour les femmes et les hommes.

Le marché quotidien

Mercredi visite du marché couvert qui a lieu tous les jours. Ici tout se vend. On y trouve tous les services, travaux de couture, cordonnerie, soins par les plantes et je pourrais en citer des dizaines. 

Sur plusieurs niveaux les gens viennent vendre leur production. Au Pérou, la chaine alimentaire est courte. Il n’y pas ou peu d’importation. La population consomme ce qu’elle produit. La chaine de production est excédentaire. Un point positif pour ce pays dit pauvre, ils nourrissent les pays dit riches qui eux ne sont pas en autosuffisance alimentaire.

Le temps de la découverte

Jeudi 30 mai c’est l’ascension, au Pérou il s’agit d’un jour normal où tout le monde travaille. Nous visitons le petit village de Sucre. Il est complètement perdu dans la montagne on y accède par un chemin en pierres. Le trajet Celendin Sucre se fait avec de vieilles voitures qui en km ont dû faire plusieurs fois le tour de la terre, celle qui nous amène à plus de 20 ans. Sur le tableau de bord rien ne fonctionne. Le chauffeur nous dit qu’il n’a pas les moyens de payer pour remettre en état.

Dans le village nous rencontrons José qui nous explique la vie dans ce lieu. Ici il n’y a pas de travail et chacun vit du produit de son jardin et de ses animaux. Bien que le village ne présente pas de centre d’intérêt la municipalité tente d’attirer les touristes.

Vendredi et samedi suite de la découverte de Celendin. Passage par le monument qui surplombe le village et qui est dédié au christ. Journées tranquilles à parcourir les rues et parler avec la population dont Luis un peintre qui réalise des frises sur les murs.

Que de marchés

Dimanche journée chargée avec d’abord la visite du marché des chapeaux, il faut se lever à 4h30 les opérations commencent à 5h. Il y a beaucoup de monde et chacun vient avec son ou ses chapeaux à vendre. La bagarre est rude et les acheteurs semblent sans scrupule.

La deuxième partie de la journée est consacrée à la visite du marché aux animaux veaux, vaches, taureaux, cochons, chevaux et moutons. Les taureaux sont sur la place sans aucune sécurité, seulement tenu par une corde par leur propriétaire. Ici le marché est immense. Le prix d’un taureau est en moyenne 600 à 700 euros. Pour un veau il faut compter 30 à 40 euros. La place est parsemée de petits restaurants improvisés, l’animation est grande.

Lundi, mardi, journées sans activité particulière. Nous commençons à être connu et il est agréable de se promener sur le marché ou en ville pour discuter avec la population. Les échanges sont nombreux et nous permettent d’apprendre sur la population. Au Pérou plus de 15% de la population ne sait ni lire ni écrire. Ici les enfants quittent l’école vers 11 ans pour aider aux champs ou aux commerces

Rencontre du jour: Alexandra et Antony que nous avions déjà croisé dans la ville de Jaén.

Deux semaines dans la même ville permettent d’apprendre beaucoup. La chose la plus importante que nous retenons est que ce pays pauvre est en autosuffisance alimentaire et la population sait nous le faire remarquer.

Vidéo spéciale Celendin

Cette vidéo traite de la ville de Celendin au Pérou

Flash spécial

Este película trata de la mi salud
Cette vidéo traite de ma santé après un problème musculaire