Le canal de Nantes à Brest

Dimanche 6 juin, après une nuit bien tranquille à Redon nous reprenons notre chemin sur le canal de Nantes à Brest. La voie d’eau entre Nantes et Brest a été ouverte à la navigation sur la totalité de sa longueur, soit 360 km le 1er janvier 1842. Le canal comprend 237 écluses qui rattrapent un dénivelé total de 555 mètres. Il joua un rôle économique important pour le centre de la Bretagne et permit une commercialisation des produits locaux, telle l’ardoise. L’ouverture des lignes de chemin de fer sonnera le déclin et un abandon complet du canal en 1942. Malgré son nom le canal ne se termine pas à Brest mais à Châteaulin environ 35km avant Brest. 

Un peu de relief 

Nous entamons la seconde journée notre parcours, par un très beau soleil. Les trois journées qui vont suivre seront assez ressemblantes. Les villes que nous traversons sont déjà aux couleurs du tour de France qui démarrera à Brest fin juin. Le canal est assez plat et demande un effort de pédalage permanent. Il n’y a pas en soit de curiosité spécifique sur le parcours mais le cadre est verdoyant, tranquille et reposant. Le lundi 7 juin nous terminons notre journée à Pontivy. Avant d’arriver à cette ville nous avons parcouru une zone haute du canal où se trouve 44 écluses très rapprochées les unes des autres, environ 400m d’intervalle entre chacune d’elles. Au camping de Pontivy nous rencontrons Martine, Jean-Louis et Régis, trois normands qui parcourent le canal dans les deux sens. Nous les accompagnons dans quelques portions les deux jours suivants.

Mercredi 9 juin nous parcourons la dernière étape du canal. L’évènement du jour, nous avons croisé l’unique péniche qui existe sur le canal. La «Patricia», elle appartient à un syndicat mixte qui a pour mission de préparer une éventuelle renaissance de la navigation touristique sur le canal. Nous terminons notre journée à Châteaulin en compagnie de nos amis normands dans un camping tenu par des anglais très accueillants.

Rencontres 

Cédric, Sophie, Laurence et Jérémy deux couples très intéressés par une excursion à vélo. Espérons que nous les avons bien convaincus de se lancer dans l’aventure avec leurs enfants. 
Jean-Louis, Martine et Régis les cyclos normands avec qui nous avons roulé à deux reprises. 

Du 5 au 9 juin nous avons parcouru 364 km. Pour consulter notre parcours cliquer ici.

Ballade 2021

Samedi 5 juin, un premier jour d’une nouvelle expédition à vélo. Après quelques photos faites avec les voisins qui sont venus nous souhaiter un bon voyage, nous voilà reparti. 
Combien de temps va durer ce voyage et où allons-nous aller ? Ce n’est pas très clair, le parcours a été tracé dans les grandes lignes. Nous avons prévu de nous rendre à la pointe Bretagne par le canal de Nantes à Brest et ensuite prendre la direction du nord de la France en passant par la Normandie. Ensuite nous adapterons en espérant avoir le temps de nous rendre dans le nord de l’Europe ou bien redescendre vers le sud.

Ce samedi nous avons parcouru le canal de Nantes à Brest et ce soir nous dormirons à Redon. Ville qui aujourd’hui était envahie par une manifestation pour réclamer que la Loire-Atlantique rejoigne la Bretagne.
Le canal que nous avons parcouru est agréable mais ne présente pas de curiosité spécifique. Une journée bien tranquille mais quelque peu fatigante. Le chemin du canal est plat mais il faut toujours appuyer sur les pédales, pas de descente pour récupérer.

Au travers de notre blog nous vous tiendrons régulièrement de l’avancement de notre parcours. Dans quelques jours vous pourrez également consulter la carte du parcours prévisionnel. Cliquer ici pour voir la carte de notre position

A quand le prochain départ

Du jeudi 30 juillet au mardi 11 août, de Martres-de-Veyre à ………. !!!

Après une journée de repos très agréable chez Maryse, Stéphane et Viktor, nous voilà reparti sur les routes de l’Auvergne. La veille nos hôtes ont joué les guides pour nous faire découvrir Martres-sur-Veyre, un village bien agréable.

Ce vendredi sans fait particulier nous amène à Gelles où nous dormons au camping municipal. Le jour suivant nous conduit à Crocq. Le village est magnifique avec son château et sa tour. Nous ne trouvons pas à nous loger et nous dormons au centre-ville sous les halles. Après avoir été réveillé par les bruits du marché, nous passons un dimanche tranquille jusqu’à Châtelus-Malveleix et repos près du plan d’eau.

Maria, une femme au grand coeur

Lundi nous continuons notre chemin sur une route quasi plate. Le paysage bien conforme à ce que l’on imagine du centre de la France. Ce soir nous sommes à Meobecq, nous installons notre toile dans le jardin de Maria et José. 
Elle nous raconte une histoire émouvante. Elle a immigré en France avec son mari il y a plus de cinquante ans. Un couple de Portugais comme on les imagine, elle travailleuse à domicile et lui maçon. Une vie de labeur et d’économies pour construire une petite maison pour la retraite. Mais malheureusement son mari est tombé malade il y a 16 ans et ils n’ont pas pu profiter de leur retraite. Elle s’occupe, sans aucune aide, chaque jour de son mari qui hélas ne peut plus marcher. Une histoire bien émouvante mais une femme au grand cœur qui nous a offert le repas du soir et qui garde toujours le sourire.

Un peu d’histoire

Mardi nous quittons Maria avec une certaine émotion. Son histoire sans doute pas unique mais qui porte à réfléchir sur les conditions de vie de certaines personnes même dans notre pays qu’est la France.

La route du jour nous amène à Loches, ville de Charles VII et Agnès Sorel. Une ville à l’architecture très agréable et où se visite de magnifiques monuments. 
Ce soir nous campons dans le jardin de Pascale et Christophe et Martin le fils. Un couple de fermiers, leur ferme est essentiellement dédiée à la culture. Après cette traversée de la France, nous aurons appris des tas de chose sur la culture, les élevages et la vie des agriculteurs.

Au fil de l’eau

Mercredi journée tranquille en bord de Loire. Ce soir nous campons à Chinon, fief d’une grosse centrale nucléaire. Les drapeaux de nos vélos intriguent et nous avons beaucoup d’échange avec les touristes au centre de la ville. Nous profitons de la journée de jeudi pour visiter la ville et son château.

Vendredi nous continuons notre chemin sur les bords de Loire, qui en cette période sont bien fréquentés. Ce soir nous dormons dans le jardin d’une famille qui nous accueille bien gentiment. Nous partageons la soirée et le repas sur le bord de Loire avec les voisins du lieu où nous nous sommes installés. 

Samedi, après une nuit bien tranquille dans la campagne des bords de Loire, nous repartons sur un parcours que nous connaissons bien. Traversée bien originale sur une barque en libre service. Nous traversons les anciennes ardoisières de Trélazé avant de nous poser au centre-ville d’Angers la ville du Roi René. Il fait un grand soleil et les rues sont très animées de personnes qui se promènent avec un masque, Covid oblige.

La dernière escale

Emmanuel nous a rejoint et nous l’accompagnons jusqu’à sa maison où il nous accueille avec Laurence pour le week-end. Soirée bien agréable où nous narrons les péripéties de notre voyage. Dimanche repos et promenade sur les bords de la rivière. 

Lundi, une avant-dernière journée de voyage très tranquille. Camping à Thouaré-sur-Loire. Un dernier spot de camping très près de la maison.

Mardi c’est le dernier jour, Nous sommes à la fois heureux et un peu triste de retrouver notre logement, eh ! oui c’est la fin du voyage. A ce moment la seule idée qui nous (ou me) trotte dans la tête à le prochain départ ?

Nous avons parcouru 718 km du 30 juillet au 8 août. Carte retraçant le voyage