A quand le prochain départ

Du jeudi 30 juillet au mardi 11 août, de Martres-de-Veyre à ………. !!!

Après une journée de repos très agréable chez Maryse, Stéphane et Viktor, nous voilà reparti sur les routes de l’Auvergne. La veille nos hôtes ont joué les guides pour nous faire découvrir Martres-sur-Veyre, un village bien agréable.

Ce vendredi sans fait particulier nous amène à Gelles où nous dormons au camping municipal. Le jour suivant nous conduit à Crocq. Le village est magnifique avec son château et sa tour. Nous ne trouvons pas à nous loger et nous dormons au centre-ville sous les halles. Après avoir été réveillé par les bruits du marché, nous passons un dimanche tranquille jusqu’à Châtelus-Malveleix et repos près du plan d’eau.

Maria, une femme au grand coeur

Lundi nous continuons notre chemin sur une route quasi plate. Le paysage bien conforme à ce que l’on imagine du centre de la France. Ce soir nous sommes à Meobecq, nous installons notre toile dans le jardin de Maria et José. 
Elle nous raconte une histoire émouvante. Elle a immigré en France avec son mari il y a plus de cinquante ans. Un couple de Portugais comme on les imagine, elle travailleuse à domicile et lui maçon. Une vie de labeur et d’économies pour construire une petite maison pour la retraite. Mais malheureusement son mari est tombé malade il y a 16 ans et ils n’ont pas pu profiter de leur retraite. Elle s’occupe, sans aucune aide, chaque jour de son mari qui hélas ne peut plus marcher. Une histoire bien émouvante mais une femme au grand cœur qui nous a offert le repas du soir et qui garde toujours le sourire.

Un peu d’histoire

Mardi nous quittons Maria avec une certaine émotion. Son histoire sans doute pas unique mais qui porte à réfléchir sur les conditions de vie de certaines personnes même dans notre pays qu’est la France.

La route du jour nous amène à Loches, ville de Charles VII et Agnès Sorel. Une ville à l’architecture très agréable et où se visite de magnifiques monuments. 
Ce soir nous campons dans le jardin de Pascale et Christophe et Martin le fils. Un couple de fermiers, leur ferme est essentiellement dédiée à la culture. Après cette traversée de la France, nous aurons appris des tas de chose sur la culture, les élevages et la vie des agriculteurs.

Au fil de l’eau

Mercredi journée tranquille en bord de Loire. Ce soir nous campons à Chinon, fief d’une grosse centrale nucléaire. Les drapeaux de nos vélos intriguent et nous avons beaucoup d’échange avec les touristes au centre de la ville. Nous profitons de la journée de jeudi pour visiter la ville et son château.

Vendredi nous continuons notre chemin sur les bords de Loire, qui en cette période sont bien fréquentés. Ce soir nous dormons dans le jardin d’une famille qui nous accueille bien gentiment. Nous partageons la soirée et le repas sur le bord de Loire avec les voisins du lieu où nous nous sommes installés. 

Samedi, après une nuit bien tranquille dans la campagne des bords de Loire, nous repartons sur un parcours que nous connaissons bien. Traversée bien originale sur une barque en libre service. Nous traversons les anciennes ardoisières de Trélazé avant de nous poser au centre-ville d’Angers la ville du Roi René. Il fait un grand soleil et les rues sont très animées de personnes qui se promènent avec un masque, Covid oblige.

La dernière escale

Emmanuel nous a rejoint et nous l’accompagnons jusqu’à sa maison où il nous accueille avec Laurence pour le week-end. Soirée bien agréable où nous narrons les péripéties de notre voyage. Dimanche repos et promenade sur les bords de la rivière. 

Lundi, une avant-dernière journée de voyage très tranquille. Camping à Thouaré-sur-Loire. Un dernier spot de camping très près de la maison.

Mardi c’est le dernier jour, Nous sommes à la fois heureux et un peu triste de retrouver notre logement, eh ! oui c’est la fin du voyage. A ce moment la seule idée qui nous (ou me) trotte dans la tête à le prochain départ ?

Nous avons parcouru 718 km du 30 juillet au 8 août. Carte retraçant le voyage

En passant par l’Aubrac

Du mardi 22 au mercredi 29 juillet, de l’Aubrac à Clermont Ferrand

Un bel orage

Mardi 22 journée tranquille sous le parasol au bord de la piscine du camping de Banassac. Un violent orage éclate en fin de soirée et pour la première fois depuis trois ans la tente flotte dans plus de 15 cm d’eau au sol. Impossible d’y dormir et comme toujours la solidarité a fonctionné. Des personnes bien gentilles nous trouverons un logement de secours pour passer la nuit.  Mercredi journée séance de nettoyage du matériel après l’orage de la veille. 

Magnifiques routes de l’Aubrac

Jeudi, départ tranquille vers la vallée de l’Aubrac, magnifique région. Petite montée de 21 km, rendue plus difficile par une erreur de programmation du GPS qui nous amène dans un chemin de pierres au pourcentage élevé. Nous traversons l’Aubrac peuplé de troupeaux de vaches et paysages parfois assez désertiques, le cadre est très enchanteur.
Nous terminons dans le village de Nasbinals où nous nous installons au camping municipal qui est très bon marché et situé au coeur de la campagne de l’Aubrac. Nasbinals carrefour des pèlerins qui marchent vers St Jacques de Compostelle.

Une soirée à la ferme

Vendredi démarrage difficile, le GPS ne fonctionne pas correctement et bien difficile de trouver la route. Une journée dans l’Aubrac et ses paysages de grosses collines où broutent des troupeaux de bovins de la race Aubrac. La route présente un relief accidenté mais très agréable, il y a peu de circulation.  Une journée bien tranquille que nous terminons chez Nathalie et Christian un couple de fermiers dont la spécialité est la vache allaitante. Ils sont très gentills et accueillants. Ils nous offrent le repas et la possibilité de prendre une douche. Nous installons notre toile sur un coin de pelouse. Nous découvrons la ferme. La soirée sera agréable et riche en échanges.  Une nuit tranquille au son bien agréable des cloches de deux vaches qui broutent dans un pré voisin. 

Samedi nous quittons nos hôtes et prenons la direction des volcans d’Auvergne. Une journée sans évènement particulier. Nous posons notre toile au camping d’Allanche.

Rencontre en Auvergne

Dimanche départ d’Allanche après une nuit au camping. La route du jour est sur un terrain accidenté et le passage de plusieurs cols aux pentes néanmoins assez douces. Rencontre d’un groupe de motards retraités dans le village de Vingt-Haut. Un moment de discussions sur les voyages dont ils sont également assez friands. Beaucoup de cyclistes sur la route pourtant assez isolée dans les monts. Nous dormons dans la campagne, un lieu idéal avec en toile de fond les monts d’Auvergne. 

Des campings caristes bien gentils

Lundi nous continuons notre route dans une campagne bien tranquille des monts d’Auvergne. La circulation est quasi nulle, le paysage est peu changeant mais très agréable.  Une petite pose dans le village de Besse, un village de montagne où nous rencontrons Michèle et Daniel qui nous invitent à passer la soirée dans leur maison située près du lac de Aydat. Ils sont des adeptes du camping-car en Europe, la soirée fût riche en échanges. Mercredi, après une journée de repos chez nos hôtes, départ vers Martre-de-Veyre notre prochaine étape dans la banlieue de Clermont-Ferrand. Sur notre parcours, visite du village de St Nectaire un village de charme où trône une cathédrale à l’architecture magnifique. Un monument extraordinaire situé dans une zone bien isolée. Après une belle journée en Auvergne, nous arrivons en fin de soirée chez Maryse, Stéphane et Viktor

Du 22 au 29 juillet nous avons parcouru 285km (carte du parcours). La route se rapproche de la maison.

La Provence

Du 9 au 21 juillet, de Lançon-de-Provence à Banassac

Depuis le 9 juillet nous en avons profité pour passer quelques jours avec Gabin et ses parents. Nous avons redécouvert la magnifique baie de Cassis avec son charme et ses couleurs. Ces quelques jours nous ont permis de nous reposer et visiter La Provence.

Tarascon

Mercredi 15, c’est le départ pour un retour vers la maison. Un parcours qui passera par le centre de la France. La route du jour nous amène au milieu des champs d’arbres fruitiers et des oliviers. Nous terminons la journée dans la ville rendue célèbre par le roman d’Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon. Sous le soleil la ville est magnifique et représente la charme que l’on imagine de la Provence. Nous faisons la connaissance d’un couple belge Alexandra et Pascal avec qui nous passons un long moment. Lui est navigateur et a fait plus de deux fois le tour du globe en bateau. Nous partageons ensemble le repas du midi dans leur propriété. 

Ce soir pour la première fois en France nous dormons chez un warmshower, Luc une personne des plus sympathique. Dans sa maison nous nous sentons comme chez nous au bout de quelques minutes. 

Le Pont du Gard

Les jours suivants nous empruntons les routes de la Provence avec ses champs d’oliviers et au rythme du chant des cigales. Nous visitons les arènes de Nîmes et sa maison carrée avant de prendre la direction du Pont du Gard sur les routes toujours aussi tranquilles. La visite du pont peut se faire à vélo. Une merveille cet aqueduc planté au milieu des collines. Un savoir de technologie de construction bien maitrisé quand on sait qu’il a été érigé il y a 2000 ans. Aujourd’hui nous passons dans le village d’Uzès où se fabrique les bonbons Haribo.

Avant d’atteindre les Cévennes, nous faisons une halte dans le village de Cardet où nous passons la nuit dans un camping de Hollandais où personne ne respecte les gestes de distanciation du Covid.

La grosse blague dans les Cévennes

Samedi, changement de décor nous sommes arrivés dans les Cévennes. Le paysage est grandiose mais changement de relief, ça grimpe et il fait très chaud.

Dans l’après-midi, je demande à faire le plein d’eau de mes gourdes et grosse farce, la personne a rempli une de mes bouteilles avec du pastis. Cela ne nous empêchera pas de continuer notre journée sur le plateau des Cévennes.

Arrêt au camping du village Pompidou où Guillaume, Aurélie et Gabin nous rejoignent pour le pique-nique du soir. Petit camping municipal tranquille mais dont les sanitaires sont fermés aux campeurs pour cause de Covid-19.
Découverte du village où la vie est relativement très calme.

En passant par les gorges du Tarn


Dimanche 20 juin, avant de quitter le village, Christian une rencontre de la veille nous offre le café et nous partagerons un long moment de discussion sur notre voyage en Amérique du sud.

Nous passerons une partie de la journée sur le plateau des Cévennes qui nous a offert un spectacle magnifique tout au long de ces deux jours. Nous terminons notre journée à Sainte-Énimie dans les gorges du Tarn. Un village au charme provençal et bien encastré dans la vallée des gorges du Tarn .

Lundi nous continuons notre périple le long des gorges du Tarn et terminons notre journée dans le département de la Lozère au bord du Lot. Un région peu fréquentée des touristes que nous découvrons sous la canicule dans une nature assez sauvage. Nous nous installons au camping de la Mothe près de La Canourgue.

Du 15 au 21 juillet ous avons parcouru 324 km (voir notre carte en cliquant sur ce lien)